L’émotion a été trop forte, Rayane Bouhanni l’a laissée monter à fleur de peau après son sprint victorieux à Saint-Omer. Frère de Nacer, le jeune Lorrain, sociétaire du Vélo Club de Sarreguemines, a rejoint son aîné dans la catégorie des coureurs sacré champion de France, chez les pros pour le triple vainqueur d’étapes au Giro, en juniors pour le petit dernier de la famille.« C’est un aboutissement, mais je ne réalise pas encore, disait-il en conférence de presse. Cela fait du bien de gagner, qu’Arthur (NDLR : Delalot) mon coéquipier au comité de Lorraine, qui est un copain, puisqu’il y a deux ans, nous étions dans le même club, soit lui aussi sur le podium. C’est la récompense des sacrifices à l’entraînement. On a su respecter le briefing qui avait décidé la veille de la course, tout a été nickel. » Jusqu’à ce sprint final qu’il a « arrêté » le plus longtemps possible comme dirait les pistards… afin de produire son effort dans les soixante dix mètres pour avaler Léo Danes, du comité de Bretagne.Une arrivée de costauds qui a sacré le plus fort du jour. « Quand Rayane avec qui j’ai couru sous le maillot de l’équipe de France le récent Tour d’Abitibi, est revenu sur nous, contait le Breton, je me suis dit que c’était à la fois une chance, et une malchance car il serait dur à manœuvrer pour la victoire, mais aussi, donc, que d’un autre côté avec lui devant on était quasi assuré d’aller au bout. Il m’a attaqué sur le final, mais j’ai toujours su répondre, à la fin je ne voulais plus passer devant de peur de me faire attaquer de nouveau par surprise. Il mérite en tout cas sa victoire, car il était le plus fort. »Ce championnat de France juniors résumé sur sa partie finale par un match entre la Bretagne et la Lorraine, avec comme force en présence donc Bouhanni, Danes et Didelot, plus David Gaudu, a tourné à l’avantage des coureurs de l’Est qui ont capitalisé deux médailles sur les trois distribuées, comme l’a déjà signalé Bouhanni. « On était trois à pouvoir prétendre au titre en Lorraine, Pierre Idjouadienne, Rayane et moi, et aujourd’hui c’est le plus fort qui s’est imposé», concluait Arthur Didelot.Rien à ajouter, l’avis était unanime après la course, et la belle démonstration, de Bouhanni Jr. Le plus fort venait de gagner.

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste