Habitué des titres de champion de France sur piste, le Picard Corentin Ermenault a ouvert son palmarès sur la route. Le fils de Philippe Ermenault a gagné en effet le chrono des France juniors cet après-midi, à Saint Omer, sous un beau soleil estival. Le longiligne coureur Picard a fait le grand écart entre ses adversaires et lui en plus ! « Je n’ai pas fait de travail spécifique avant ce chrono, disait-il, dans la mesure où je suis rentré de Séoul et des championnats du Monde juniors sur piste, seulement mercredi dernier. J’ai pensé avant tout à bien récupérer, et avec mes entraîneurs piste, Hervé Dagorne, et route, David Louvet on a essayé de mettre sur pied tous les trois un programme qui pourrait me permettre de bien réussir ces championnats de France contre-la-montre juniors. » La formule a été excellente, et lui a permis de signer un temps de 27 min 31 sec 391 à l’arrivée. Il laisse son dauphin, Rayane Bouhanni a cinquante et une secondes, qui récemment remporté le Tour d’Abitibi, épreuve de la Coupe des Nations juniors.« Je veux continuer l’an prochain à faire route et piste, car la pratique de la piste m’apporte beaucoup, poursuivait Corentin dans le Nord Pas de Calais. Je sais que je marche sur la route grâce à la piste. Disputer les championnats du Monde 2015 à Saint Quentin en Yvelines, (NDLR : Du 18 au 22 février), j’espère pourquoi pas. Je sais déjà que je vais déjà aller aux championnats d’Europe élites au mois d’octobre en Guadeloupe. Intégrer l’équipe de France de poursuite par équipes ? C’est aussi quelque chose dont j’ai envie, cela me plairait ce type d’épreuves sous le maillot de l’équipe de France. » Une image qui replongerait dans de beaux souvenirs les amateurs de la piste, puisque son père, était l’un des métronomes français dans cette discipline, avec un titre Olympique obtenu en 1996 à Atlanta en compagnie de Francis Moreau, Christophe Capelle et Jean-Michel Monin! Mais ne refaisons pas l’histoire avant l’heure.
Le présent c’est l’univers juniors pour Ermenault, et ses « colistiers » sur ces France, Rayane Bouhanni et Jérémy Defaye. Qui tout deux ont accepté avec fair-play la supériorité de leur adversaire. « Il n’y avait pas mieux à faire, indiquait le Lorrain. Corentin est très fort sur le chrono, on le sait tous dans le peloton des juniors. Il est très difficile à battre et l’a encore démontré. » Le sociétaire de la Côte d’Azur savait lui aussi que la première place était quasi inaccessible. « Premier je ne pouvais pas, deuxième peut-être puisque je suis à seulement deux secondes de la médaille d’argent. Corentin a gagné à la pédale, je ne pouvais pas pour ma part aller plus vite. » Tout est dit…

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste