Amalie Dideriksen a conclu ses années juniors, à Ponferrada, avec trois titres de championne du Monde juniors à son palmarès. Cela fait un ratio d’une et demi par saison… puisque cette année avant son sprint rageur en Castille et Léon… elle s’est imposée sur le championnat du Monde scratch devant une certaine… Soline Lamboley ! « On avait orienté notre course par rapport à Soline, indique d’ailleurs à ffc.fr, Julien Guiborel entraîneur national des juniors dames. On va débriefer afin de savoir pourquoi elle n’a pas pu accrocher le groupe de quinze concurrentes qui ont joué la gagne sur ce mondial. Il y a eu cette cassure dans le dernier tour, et elle n’était pas devant. Maintenant si Gréta qui avait les jambes avait attaqué dans le dernier tour avec les Italiennes et Dideriksen est-ce que cela aurait changé quelque chose ? Difficile à dire. On avait la bonne tactique quand on voit la Danoise s’imposer au sprint, sauf que nous, Soline n’avait visiblement pas les jambes dans le final. Je tiens en tout cas à souligner le gros travail collectif des filles présentes sur cette course. Fanny elle a été gênée par les chutes du début de course, et ensuite elle a du faire des efforts qui lui ont coûté. Ce qui est parfait en tout cas c’est que les consignes ont été respectées jusqu’au bout. Il a peut-être manqué un peu de placement à Gréta dans la dernière bosse, et de la part de Soline aussi. Mais c’est la course. Cela reste une belle course de la part des juniors dames, même si il y a un sentiment de déception au final. Le circuit ici en plus ne se prête pas aux échappées, on l’a vu avec la tentative dans le dernier tour de la Danoise et des Italiennes, c’est revenu avant l’arrivée. Les juniors avec leurs braquets limitées ne sont pas parvenues à faire de différence. »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste