A l’attaque sur le final des Championnats du Monde juniors, la Bretonne a tenté le même coup tactique que lors des Championnats de France, en août dernier.

 

Cédrine Kerbaol, 36e

« Amandine, Kristina et moi, nous avions comme rôle de dynamiter la course à l’approche des vingt-cinq derniers kilomètres. Moi j’avais des points de repères par rapport aux bosses, les relances et autres endroits sinueux. A l’approche de la bosse, donc, je savais qu’après il y avait un virage. J’ai voulu tenté, je suis passé à l’offensive. Je pensais que l’on était en file, mais quand je me suis retourné, il n’y avait que la Chilienne avec moi. J’ai vite compris qu’elle ne voulait pas collaborer avec moi, après force de palabres elle l’a fait, un peu. Quand elle m’attaque, j’étais à bloc, et cela m’a fait mal ».

Léa Curinier, 8e

« Cela a été un final compliqué, les filles ont été gênées par les chutes, notamment Ysoline, moi j’étais la seule devant, et j’ai sprinté comme j’ai pu avec les forces qui me restaient. C’était très dur, j’ai tout donné, je n’ai pas de regrets à avoir. Je remercie mes coéquipières pour tout le travail qu’elles ont effectué. A 400 mètres, c’est tombé juste devant moi. J’ai eu de la chance »

 

 

Hervé Bombrun

 

Cédrine Kerbaol.

 

Léa Curinier.