Mathieu Burgaudeau, 9e

« J’avais les jambes, mais je perds le contact sur une erreur tactique, de placement. J’avais des appréhensions dans tous les virages suite à mes chutes récentes, sur le Tour de l’Avenir et encore dernière lors du Grand Prix d’Isbergues. C’est vraiment dommage, car j’étais dans une bonne journée, et je pense que je pouvais être en capacité de jouer un podium ».

Simon Guglielmi, 27e

« Après la bordure, je pensais que cela allait rentrer, mais seul Kévin Geniets a réussi à faire le jump. On remonte à un kilomètre et demi du virage avant le coup de bordure, on a commencé à reprendre des places au sein du peloton, mais malheureusement avec Mathis et Valentin, on ne parvient pas à remonter assez devant. On subit le placement, il n’y a que Mathieu qui passe. C’est bien qu’il était devant, sur le plan personnel, je suis déçu car j’étais bien, mais pas assez bien placé. La course a été dure toute la journée, ça roulait, il y avait de la pluie. Cela ressemble à une belle classique, et, au final, on s’aperçoit que sur une telle épreuve, le placement c’est 70% du boulot, ce qui fait que tu peux jouer la gagne ou pas. »

 

 

Hervé Bombrun

 

Mathieu Burgaudeau

 

Simon Guglielmi