15du mondial 2019, Juliette Labous de la formation Sunweb, estime que le niveau sur cette édition était supérieur à celui de la saison précédente.

 

France Cyclisme : C’était comment ce chrono ?

Juliette Labous : « C’était dur, au niveau de la météo cela a été, le parcours aussi par rapport aux espoirs hommes avait été sécurisé (NDLR : raison pour laquelle la course pour les élite femmes a été retardée). J’ai fait un bon chrono. Je n’ai pas de regrets. Je suis peut-être partie un peu trop forte, mais c’était sans doute le risque à prendre, car c’était une longue portion jusqu’au premier intermédiaire. J’ai tout donné jusqu’à la fin. J’avais des craintes techniquement, car je fais un bloc depuis mes récentes chutes, mais au final, j’ai réussi à bien gérer. Je suis satisfaite sur ce plan-là. »

 

FC : Le parcours était difficile ?

JL : « Oui. J’ai bien passé les deux premières bosses, la dernière j’ai davantage accusé le coup. Mais j’aime bien lorsque c’est dur comme cela le contre-la-montre. C’était l’un de mes atouts sur ce parcours, j’ai essayé de l’utiliser au maximum ».

 

FC : Un mot sur la performance de Dygert ?

JL : « C’est juste impressionnant. Impressionnant, il n’y a rien à dire. On s’était dit avec Audrey qu’elle pouvait gagner ce mondial 2019 du contre-la-montre élite femmes »

FC : Ta prestation, comme la juges-tu ?

JL : « Je visais un top 10, je suis un peu déçue. Il y a plus de niveau que l’an passé, c’était dur de prévoir, top 10, c’était si tout allait parfaitement. Une chose est certaine, je ne nourris pas de regrets ».

 

 

Hervé Bombrun