18de son premier mondial contre-la-montre, le coureur de Romans a laissé entrevoir de belles perspectives d’avenir dans cette discipline.

 

France Cyclisme : Ton analyse à propos de ce chrono ?

Pierre Latour : « C’était quand même long (rires !), mais cela passait tout de même bien avec la première partie qui allait assez vite. La deuxième était assez dure aussi. Au final, c’est le retour que l’on pensait plus simple lors des reconnaissances, qui faisait mal aussi parce qu’il y avait pas mal de parties en prises. C’était assez dur. Tu tapais bien la tête dedans en étant à bloc. Il ne fallait pas s’affoler, car c’est long quand même. Il fallait tout de même bien partir car après c’est toujours dur de se mettre dans le rythme, le tracé était beau. J’ai bien aimé en tous les cas, il fallait faire un chrono linéaire, monter les bosses de manière explosive, accélérer sur le sommet de celles-ci et récupérer dans les descentes, et faire cela tout le long ».

 

FC ; Qu’elles étaient tes sensations ?

PL : « J’étais un peu dans l’inconnu du fait que j’ai connu une saison 2019 un peu compliquée. J’ai bien récupéré auprès le Tour d’Espagne, j’ai bien récupéré, et en fin de semaine, j’ai beaucoup fait de derrière scooter avec mon papa. Et les deux derniers jours cela allait, à l’entraînement mes sensations étaient bizarres, mais je sais qu’il ne faut pas toujours s’y fier après un grand tour de trois semaines. Une fois que la cours est là c’est différent, avec la motivation, l’adrénaline et là c’était clairement le cas. »

 

FC : C’était ta première sélection en Équipe de France, tu en retires quoi ?

PL : « Je suis content, après tu veux toujours faire au mieux. Mais je ne pense pas que je pouvais aller guère plus vite aujourd’hui. Je suis content, et voilà. »

 

FC : De quoi sera composée ta fin de saison ?

PL : « Les semi-classiques Italiennes, Emilia, les Trois Vallées Varésines et le Tour de Lombardie. On verra si les jambes sont là, ce sont de belles courses au parcours assez difficile. Les coureurs qui sont bien sur ces épreuves sont toujours à l’avant. J’espère obtenir un résultat. Je n’ai pas gagné de course cette année, j’espère obtenir là-bas un résultat afin de ne pas terminer la saison sur une note blanche en termes de performances. Les sensations sont bonnes, mais en dent de scie comme sur la Vuelta. C’est un peu l’inconnue ».

 

FC : Quel regard portes-tu sur la course en ligne, avec le final de ce chrono qui sera identique à celle-ci ?

PL : « Si cela arrive un petit groupe, cela fera un bon sprint. Cela va piquer un peu, l’arrivée est belle. Mais après 300 km pratiquement, je ne pense pas qu’il y aura cent coureurs groupés au pied de la bosse final. On va avoir une belle course dimanche. »

 

 

Hervé Bombrun