L’entraîneur national des juniors femmes dresse le bilan de la course des tricolores.

 

France Cyclisme : Julien, tu y as cru lors de l’attaque de Cédrine Kerbaol ?

Julien Guiborel : « Oui, évidemment ! Je pense même que tout le monde au sein du staff de l’équipe de France était dans le même état d’esprit.  J’ai vu aussi comme tout le monde que la Chilienne en a gardé pas mal sur le début de l’échappée, et je la sentais aussi, bien à l’aise. Elle a surpris en plus Cédrine dans le final… »

 

FC : Mais derrière, au sein du peloton, l’équipe de France, avait encore des cartes à jouer…

JG : « Exactement, jusqu’aux quatre derniers kilomètres de course, la France a connu de la réussite, et puis sur le final, ce facteur chance s’est évaporé. On perd à ce moment-là, Amandine et Ysoline, et là à ce moment les cartes ont été rebattues en notre défaveur. On est passé de trois françaises dans le peloton de tête à une seule. Ysoline en plus était protégée en cas d’arrivée groupée. »

 

FC : Finalement, devant, il n’est resté que Léa…

JG : « Je n’ai pas encore eu le temps d’échanger avec elle, je ne sais pas si elle avait les jambes pour accompagner la Russe et l’Américaine. Après, les consignes, étaient que si elle était seule, elle ne devait pas faire d’efforts superflus en vue du sprint d’arrivée. Elle a peut-être un peu temporisée afin de ne pas compromettre les chances de l’équipe de France, après c’est pareil, je ne sais pas si elle a été gênée par la chute survenue à quatre cents mètres de l’arrivée. Cela fait au final, un top 8 pour l’équipe de France, avec une belle course d’ensemble de la part des juniors femmes sélectionnées en équipe de France. C’est ce qu’il convient de retenir ».

 

 

Hervé Bombrun

 

Julien Guiborel.