Clément-Betouigt-Suire-2

Clément Betouigt-Suire
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

Clément Betouigt-Suire va le faire, et le refaire ce sprint final des championnats du Monde juniors 2015, de Richmond. Il était sans nul doute le plus fort du lot, le petit-fils de Jacques Suire, plus jeune sélectionné Français aux Jeux Olympiques (NDLR : Rome à 16 ans et 1/2, et Tokyo) , mais voilà l’Autrichien, auteur d’une attaque parfaite à un tour de l’arrivée, aura résisté à au sociétaire du Comité Régional d’Aquitaine jusqu’au bout !

 

Ce qui a « chiffonné » le coureur du VC Mérignac, c’est le Danois Rasmus Pedersen… collé à sa roue et qui ne voulait pas passer « un mètre ». La peur de faire l’effort de pus que son adversaire a eu raison de Clément, surtout rappelait-il que « dans la dernière bosse, j’étais passé, et il m’avait contré ».

 

Une fois s’est-il donc dit, mais pas deux ! « Je l’enjoignais à passer des relais, et il ne voulait », soulignait ce coureur qui s’était fracturé la clavicule aux championnats de France de l’Avenir, lors du scratch (« en quatre morceaux, ce qui a nécessité la pause d’une broche »), et est resté « sept semaines sans faire de vélo ». Mais il a conservé la confiance de Julien Thollet, entraîneur national, qui l’a intégré à sa sélection pour Richmond. Comment en effet se passer d’un coureur lauréat de deux épreuves labellisées Coupe des Nations Juniors, une étape au Trophée Centre Morbihan et autre au Kaslberg, assortie d’une troisième place au classement général. Le sprinter des bleus avait donc des arguments, un potentiel qu’il a exposé au grand jour en Virginie, au delà de son beau gabarit (1 mètres 96, 48 en pointure).

 

« J’ai vu que le Danois n’était pas au mieux à 300 mètres de l’arrivée, et alors j’ai lancé mon sprint. J’avais les jambes qui brûlaient, j’ai tout donné, mais il m’a manqué vingt-mètres. La déception forcément l’emporte, j’aurai aimé ramener un maillot de champion du Monde pour mes coéquipiers qui ont fait un super boulot en ma faveur. Ils ont vraiment été extraordinaires, et je les en remercie. Maintenant cela reste quand même une belle médaille d’argent sur un championnat du Monde. »

 

Juniors 1ère année, Clément Betouigt-Suire aura une deuxième chance qui se présentera à lui l’année prochaine au Qatar. Et comme Kévin Ledanois, un an après, il faire en sorte que l’or ne lui échappe pas du côté de Doha.

 

 

Hervé Bombrun