Bernard Bourreau a l’arrivée était satisfait de ses gars et de leur prestation sur ce mondial. Interview

 

France Cyclisme : Quel bilan tirez-vous de ce championnat du Monde, Bernard ?

 

Bernard Bourreau : « Les gars ont fait une belle course, nous avons été frappé par la malchance avec les chutes de Nacer Bouhanni, de Julien Simon. Julian Alaphilippe lui a eu des soucis gastriques, nous avons connu des « accidents » sur cette épreuve, avec toutes ces chutes, Florian Vachon, lui, a eu des soucis mécaniques, mais je suis satisfait de l’équipe, les gars ont tous tenu leur rang. Ils ont fait ce qu’on leur avait demandé de faire. Maintenant nos adversaires étaient tout simplement plus fort que nous. Tony a fait un bon jump dans l’avant-dernier tour, a-t-il tiré sa « cartouche » trop tôt, je ne sais pas, je ne peux pas m’avancer pour lui, nous n’avons pas encore débriefé ».

 

F.C : Il est en tout cas encore là sur le final, placé, comme à Ponferrada ?

 

B.B : « Ces deux championnats du Monde n’avaient rien de commun, ici c’était encore plus usant. Il fallait-être placé tout le temps. Cela pompe beaucoup d’énergie. Il faut frotter, et cela provoque des chutes comme la grosse que nous avons vue au ravito. Je tiens aussi à louer le courage de Nacer Bouhanni qui malgré trois chutes est resté en course, qui était là encore dans le dernier tour à la bagarre, après deux changements de vélo. C’est la preuve qu’il était prêt. C’est d’ailleurs Julian Alaphilippe malade qui s’est dévoué pour le ramener, une fois, et ensuite Cyril Lemoine a pris le relais ».

 

F.C : Et Arnaud Démare ?

 

B.B : « Il a été présent sur ce parcours aux allures flandriens comme nous l’attendions, jusqu’au dernier tour il a été à la bagarre. Après il ne faut pas oublier que devant ce sont des coureurs de grandes expériences. Sagan c’est un grand coureur qui possède déjà une sacrée expérience des Championnats du Monde. Il signe en plus une superbe saison, c’est un très beau Champion du Monde. Nous, il ne faut pas oublier que notre équipe est encore très jeune. »

 

 

 

 

Propos recueillis

Par Hervé Bombrun