Imprimer l'article Augmenter la taille de la police Augmenter la taille de la police

Route

Route – Championnats du Monde – Élites dames – Ponferrada – 22 au 28 septembre – épreuves en ligne – Pauline Ferrand Prevot: « J’ai eu du mal à réaliser »

Après celui ramené en début du mois en relais avec l’équipe de France de VTT cross-country, du côté de Hafjell en Norvège.

 

La Champenoise à vingt deux ans garnit un palmarès déjà fort de deux titres de championne du Monde juniors de VTT cross-country et de championne du monde sur route juniors.

Un phénomène « PFP » donc et ce n’est pas d’aujourd’hui… même si là, en Castille et Léon, elle fait vraiment son entrée dans le grand monde, celui des championnes du Monde sur route…

 

un titre irisé que la France n’avait plus connu depuis le mondial de 1995, à Lugano en Suisse. Victoire obtenue au sprint avec autorité. « Après l’arrivée, je me répétais, répétais, ce n’est pas moi. Ce n’est pas possible ! Je réalise tout juste et c’est super. J’ai chuté lors du chrono par équipes de marques le week-end dernier, et je souffre des côtes. Je pense que j’en ai quelques-unes de cassées. J’ai aussi une plaie sur le bassin, fait une allergie au pansement, mais Maryline Salvetat (NDLR : l’un des médecins de l’équipe de France, et ancienne championne du Monde de cyclo-cross qui a couru avec PFP) !

 

J’ai eu mal durant les premiers tours de course, puis après c’est allé de mieux en mieux » Ce titre en plus, cette jolie « môme » à la tête bien faite est allée chercher avec courage et opportunisme. « Je croyais que c’était fichu en haut de la dernière bosse quand Longo-Borghini, Jonhasson, Marianne Vos et Armistead ont attaqué. Mais l’Allemagne a roulé fort pour faire la jonction en faveur Lisa Brennauer, racontait encore Pauline coachée sur cette épreuve par Sandrine Guirronnet, entraîneur national de l’équipe de France Dames à la Fédération Française de Cyclisme. Leur travail m’a été bénéfique, et je les en remercie. Ensuite je me suis calée dans la roue de Marianne pour le sprint, et j’ai fait mon effort aux environs des deux cents mètres. Marianne était la concurrente à battre sur cette course dès qu’elle bougeait elle avait tout le monde sur elle, et je sais que là elle est contente pour moi. »

La complicité entre PFP et la Hollandaise est manifeste, et va au-délà de leurs relations de coéquipières au sein de leur équipe de marque, Rabo Liv. Il faut dire aussi que Pauline est une fille simple à vivre, attachante… mais malgré tout dotée d’un caractère bien trempé. Celui d’une championne. D’ailleurs, questionnée une fois de plus sur sa double activité VTT et route, et ce choix qu’elle devrait faire, la nouvelle championne du Monde a une nouvelle fois affirmée justement qu’il n’y aurait pas. « J’aime les deux, j’ai gagné cette année deux manches de Coupe du Monde de VTT élites dames, la Flèche Wallonne sur la route. Je fais les deux disciplines depuis mes débuts dans le cyclisme, et je ne veux pas choisir entre l’une ou l’autre. C’est mon équilibre. » Et vu le bilan de cette saison, mais aussi depuis ses débuts en compétition pourquoi vouloir essayer de le rompre ?

 

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste

Fermer

Fermer
Chargement...

Chargement