JULIEN-GUIBOREL-MARION-BORRAS2_1

Marion Borras et Julien Guiborel
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

La tristesse se lisait sur le visage de Marion Borras, médaillée d’argent des Championnats du Monde de poursuite individuelle juniors. 19e de son premier mondial juniors contre-la-montre dames, elle attendait mieux de sa prestation. « Je n’avais pas de sensations terribles, indique-t-elle à France Cyclisme. Je ne sais pas pourquoi, j’ai en plus été rattrapée par la concurrente US quand on a traversé le pont nous ramenant vers l’arrivée. Cela m’a mis un coup au gros coup au moral. »

 

Tellement fort que c’était encore visible après l’arrivée. « Je n’ai pas encore analysé avec elle sa course, expliquait de son côté Julien Guiborel, mais on sentait bien qu’elle n’avait pas sa vélocité habituelle, pas la dynamique qui est la sienne. Est-ce l’effet du décalage, du voyage pour venir jusqu’ici, le déblocage avant la course ? Une chose est certaine, Marion n’était comme elle est d’habitude, et quand la concurrente américaine la dépasse, elle perd complétement pied. »

 

Dommage. Comme le fait de ne pas connaître la concurrence internationale avant l’échéance mondiale, qui est la seule épreuve réunissant les juniors mondiales une fois l’an. « Nous venions dans le but de faire un podium, poursuit Julien Guiborel. Mais le souci c’est que nous n’avons pas de confrontations internationales avant, juste de niveau continental. C’est une satisfaction pour Juliette qui est J1, et en plus de fin d’année, car elle a battu toutes les autres filles qui l’avaient devancées aux Europe. C’est une belle marque de progression. » Mais la sociétaire de Franche-Comté aurait mérité de se « frotter » encore  plus souvent aux meilleures juniors internationales, avec un calendrier Coupe des Nations juniors UCI, pour les filles comme c’est le cas pour les garçons. « Les Suisses ont soulevé la question, indique encore Julien Guiborel. Ils ont sollicité pour cela l’UEC et l’UCI, et je sais que l’UCI réfléchit a priori à quelque chose. » Ce serait une bonne nouvelle pour le cyclisme dames si ce projet venait à voir le jour. Cela permettrait d’en savoir un peu plus avant l’heure « H » sur des filles comme Chloe Dygert et Emma White (USA), voire Anna-Leeza Hull (Australie).

 

 

 

 

Hervé Bombrun