JULIETTE-LABOUS6_1

Juliette Labous
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

Il n’y a pas de médailles décernées pour la première J1… et cela ne consolera sans doute pas Juliette Labous qui est «une gagneuse » comme l’a souligné, Julien Guiborel, entraîneur national, mais c’est elle qui a remporté ce classement « symbolique » à l’issue des Championnats du Monde de Richmond, en Virginie.

 

« Ce qui prime c’est la déception, indiquait la Franc-Comtoise, car je venais ici dans l’optique d’un podium, et comme j’aime bien gagner, c’est décevant de terminer cinquième. Mais je vois aussi que je progresse par rapport aux championnats d’Europe (NDLR : épreuve sur laquelle elle s’était déjà classé 5e), car je devance toutes les filles qui m’avaient battu sur cette épreuve. Je ne peux donc avoir de regrets. »

 

C’est l’enseignement qu’il faut tirer, mais néanmoins, Juliette Labous ajoute :  » Maintenant comme je n’ai pas obtenu de médaille sur cette épreuve, je vais tout donner pour jouer la gagne sur l’épreuve en ligne. Il faudra se rattraper vendredi. On a fait un gros stage avant le mondial à Saint Quentin-en-Yvelines, et Julien a trouvé une bosse pavée sur laquelle nous avons pu nous entraîner. Cela me plait, cela secoue bien, c’est un peu comme le cyclo-cross ».

 

Discipline favorite aussi de la Franc-Comtoise, qui comme sur le chrono est championne de France juniors dans cette discipline. «J’ai d’ailleurs effectué un cross, à Baden, juste avant Richmond. Cela m’a permis de courir, de faire des efforts en compétition avant le mondial, de bien me remettre dedans, et aussi de passer à quelque chose d’autre après le stage ». « On a bien travaillé pour la programmation des entraînements avec Mathieu Nadal et Sam Monnerais qui s’occupent de Juliette et Marion (NDRL : Borras), cela a permis d’adapter pendant le stage, et aussi la semaine avant de partir en Virginie ». Où le premier acte joué a donné la rage… à Juliette Labous de faire encore mieux, et l’envie à Marion Borras de se rattraper…

 

JULIETTE-LABOUS3_1

Juliette Labous
Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

Hervé Bombrun

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun