Manager de l’équipe de France élite professionnelle hommes au sein de la DTN de la FFC, Thomas Voeckler dirigera pour la première fois les « bleus » lors des Championnats d’Europe, à Alkmaar, mi-août. Entretien.

 

France Cyclisme : Comment as-tu construit cette équipe qui sera amenée à disputer les Championnats d’Europe, Thomas ?

Thomas Voeckler : « Très franchement, ce n’était pas prévu que ma nomination se fasse aussi vite, mais néanmoins dans un coin de ma tête, je m’étais préparé à ce que je doive démarrer rapidement, et, donc, être réactif en qualité de manager de l’équipe de France élite hommes professionnels. Je n’ai pas dévié de ma ligne de conduite, à savoir : que l’équipe de France professionnelle doit venir se greffer à la FFC, et non pas l’inverse. Une fois que j’ai été nommé, j’ai demandé à Emmanuel Brunet, manager route au sein de la DTN de la FFC, et à Christophe Manin, DTN, quels étaient leurs attentes par rapport à un Championnat d’Europe. C’est un moment particulier, notamment en termes de calendrier, puisque cette compétition intervient deux semaines après le Tour, et qu’elle tombe aussi en concurrence avec des courses du World-Tour. Christophe et Emmanuel m’ont expliqué que c’était compliqué d’avoir les coureurs, et que, généralement, ils en profitaient pour rendre une certaine forme de confiance aux Espoirs qui avaient porté le maillot de l’équipe de France, les années précédentes. Moi, de mon côté, je leur ai proposé une équipe autour de Arnaud Démare.

 

FC : Une fois que tu as eu l’aval de Arnaud, et de la Groupama-FDJ, quel a été ta stratégie ?

TV : « Quand tu as un sprinteur de qualité d’Arnaud Démare, disponible et surtout motivé pour disputer le Championnat d’Europe, il faut construire une équipe autour de lui. Il n’y a pas eu de débat. La logique a été de faire une équipe autour de lui. En cas d’échec, j’en prendrais l’entière responsabilité, je ne vais pas me cacher, mais pour une compétition qui a de grandes chances d’arriver au sprint, ce serait une aberration de construire un groupe, sans consulter le sprinter concerné. C’est pour moi une logique limpide. Je veux que les coureurs sentent la confiance que l’équipe de France place en eux.

 

FC :…

TV : « Arnaud va retrouver Adrien Petit qui l’avait emmené lors des Championnats du Monde Espoirs au Danemark, en 2011, année où ils se classent 1eret 2e. Je sais de toute manière comment fonctionne un coureur, et je me suis donc tourné vers Arnaud au lendemain du Championnat de France, juste pour savoir, et à ce moment-là, je lui ai demandé, une liste de coureurs, il m’a répondu. La sienne et la mienne divergeait sur un seul nom. On a établi ces listes sans concertation aucune. C’est de suite plus facile  de travailler comme cela ».

 

« Bryan Coquard sera mon joker »

 

FC : Quel rôle va jouer Bryan Coquard au sein de cette équipe ?

TV : « J’ai appelé Bryan afin de l’avertir que je voulais lui confier un rôle qu’il était en droit de refuser. Jamais je n’aurais dit qu’il avait décliné la sélection. « Le Coq », c’est mon joker. Avec cinq ou six coureurs sélectionnables, je n’aurais pas fait appel à ses services. Mais là… Il lui est, en tout cas, interdit pendant toute la journée d’être avec les sept autres coureurs de l’équipe de France. Il y a 176 bornes, pendant 150 km il a interdiction d’être prêt d’Arnaud et des autres ! Pourquoi ? Parce que les chutes font partie du vélo, notamment sur ce genre de parcours. Et Bryan est pour moi, le seul sprinter capable de se débrouiller tout seul dans un sprint pour aller faire une belle place. Nacer (NDLR : Bouhanni), lui, actuellement n’est pas opérationnel d’un point de vue physique et mental, mais je sais qu’il a les qualités pour que cela change dans le futur. Je me donne donc un joker. »

 

FC : A l’approche du final, se mettra-t-il au service d’Arnaud ?

TV : « Je ne vais trahir de secret, mais entre 10 et 15 km de l’arrivée-  ce choix tactique il conviendra de l’affiner avec Arnaud – Bryan entrera dans le dispositif sprint équipe de France que l’on mettra en place. Ne comptez pas sur moi pour parler de train, mais dispositif sprint. Bryan ne sera pas un lanceur, ce n’est pas son boulot, mais il devrait œuvrer en amont. On a la chance de disposer de deux sprinters de niveau mondial, « Le Coq » a d’ailleurs convenu que cette année, Arnaud était plus fort que lui sur le plan international. Bryan a récemment gagné Pino Cerami, il est en forme, et sera revanchard puisqu’il n’a pas disputé le Tour de France. Une chose est certaine, on n’aura pas à l’arrivée Arnaud Démare 3e, et Bryan Coquard 7e. Ce n’est pas concevable, dans mon esprit. »

 

FC : Pour le chrono, tu fais confiance à Ermenault et Paillot ?

TV : « J’ai été honnête avec les deux coureurs, Benjamin Thomas a fait un numéro lors des Championnats de France de la Haye-Fouassière. Il est évident que s’il avait été disponible, sa sélection aurait été naturelle. Mais le Champion de France de contre-la-montre doit disputer la Vuelta, et pour cela, il doit passer par le Tour de Pologne. Cela laisse l’opportunité à d’autres coureurs de se mettre en avant.

 

FC : Un chrono qui risque d’être explosif en regard de la distance à couvrir…

TV : La distance sera courte, en effet, cela va être particulier. C’est pour cela que j’ai pensé à eux, mais cela aurait pu être d’autres. Corentin, toutefois, a une culture Équipe de France, mais également du contre-la-montre. Corentin et Yoann se sont sublimé chez les Espoirs sous le maillot bleu-blanc-rouge. Je sais que ces deux coureurs seront motivés à fond pour cette compétition. Ils peuvent faire une belle performance, mais de là à concurrencer les favoris, il y a de la marge. C’est une chance qu’ils ont de s’illustrer. Yoann Paillot est dans la même logique. Je n’ai pas peur aussi de le dire, Paillot c’est aussi pour montrer que l’on ne pense pas qu’aux équipes World-Tour ou aux continentales pros. Stéphane Javalet s’implique avec son équipe depuis des années, et c’est l’occasion de mettre sa structure en avant. Ces équipes sont indispensables au cyclisme français. Elles font du bon boulot, sont compétentes, et cette sélection n’est pas du tout un lot de consolation. Mais une volonté forte de mise en lumière du travail des équipes de 3edivision en France. Ils méritent de porter le maillot national. Si on fait podium soit avec Corentin, soit avec Yoann ce sera super, si un des deux est Champion d’Europe, je serai agréablement surpris. Mais on ne part pas favori, je ne veux pas vendre du rêve. Mais l’épreuve est là, et nos coureurs sont motivés pour la disputer. Et c’est le plus important. Attention 22 kilomètres, ce sera particulier, je tiens à le souligner ».

 

« Le chrono mixte, une belle exposition pour le cyclisme féminin »

 

FC : Comment as-tu fait ton choix pour le premier contre-la-montre mixte, et pourquoi Dorian Godon, Damien Gaudin et Corentin Ermenault ?

TV : « Cette nouvelle épreuve est particulière. Elle m’emballe beaucoup. C’est le moyen de mettre en avant les cyclistes filles qui le méritent amplement. Les associer avec des coureurs pros ayant un certain renom, c’est un bon moyen, je pense, pour faire la promotion du cyclisme féminin. La distance encore sera de 22 kilomètres, et à trois cela va aller très vite. J’ai sélectionné des coureurs Gaudin et Ermenault, en échangeant avec Steven Henry, entraîneur national piste endurance à la FFC, et une fois encore Emmanuel Brunet. Mon choix s’est porté sur des coureurs techniques. C’est un chrono par équipe particulier, il ne faut pas louper les roues, retomber à cinq centimètres de celles-ci. J’ai donc pensé à Damien Gaudin et Corentin Ermenault parce que je savais que tous deux seraient motivés. Dorian Godon, je pense a été le premier surpris que je fasse appel à lui. Mais sur ce type d’exercice, je ne pouvais pas faire appel à un coureur d’un mètre soixante-cinq avec deux grands gabarits choisis, en l’occurrence Damien et Corentin. Il y a une logique d’aspiration assez facile à comprendre.

 

FC :…

TV : « J’observe les coureurs. Sur le Tour de France, par exemple, je n’ai pas fait attention uniquement à Julian Alaphilippe ou bien Thibaut Pinot, parce qu’ils passaient à la télé. Je regarde les résultats de l’année, je suis les coureurs. Dorian Godon fait un super travail d’équipier, il a énormément progressé depuis son passage chez les professionnels, au sein de l’équipe Cofidis. Il a gagné ces deux dernières années le prologue des Boucles de la Mayenne, chrono qui implique d’incessants changements de rythmes, et qui s’apparente selon moi à un chrono par équipes. Nous allons voir comment cela va se passer à Alkmaar mais en considérant que cette épreuve aura lieu également aux Championnats du Monde 2019, au Yorkshire, rien ne dit que ce ne sera pas la même équipe qui sera alignée en Grande-Bretagne, en septembre prochain. Cette équipe a en tout cas fière allure, et les coureurs ont envie de disputer ce chrono par équipes mixte. Je le sens. Avoir trois coureurs motivés par l’échéance c’est bien »

 

FC : Les coureurs ont appris quand leur sélection ?

TV : « Le jour des Championnats de France que ce soit pour la route, le chrono individuel ou le chrono mixte par équipes. J’ai expliqué à Christophe Manin, DTN, Emmanuel Brunet, manager route au sein de la DTN de la FFC, que ma volonté que les coureurs soient informés de leur sélection à 100%, au départ du Tour, ou au plus tard deux jours après que cette épreuve se soit élancé. Les coureurs avaient interdiction de communiquer, mais tous ont été avertis de leur sélection cinq jours après les France. Parce que je sais que c’est à cette condition que l’on peut avoir des coureurs motivés, qui se préparent. Il était hors de question d’avoir des gars en balance, surtout pour un Championnat d’Europe, une épreuve qui est un peu compliquée en termes de programmation dans la saison ».

 

 

Contre-la-montre mixte

 

Paul Brousse, sélectionneur des élite femmes, et Thomas Voeckler, manager de l’équipe de France professionnelle hommes au sein de la DTN de la FFC, ont retenu pour cette épreuve qui marquera une première dans l’histoire du cyclisme, l’équipe suivante

 

Eugénie Duval, Coralie Demay (FDJ- Nouvelle Aquitaine- Futuroscope), Pascale Jeuland (Dolticini-Van Eyck Sports), Damien Gaudin (Total Direct Energie), Dorian Godon (AG2R-La Mondiale), Corentin Ermenault (Vital Concept B&B Hotels)

 

 

Route élite profesionnels

 

Épreuve en ligne

 

Arnaud Démare (Groupama-FDJ), Bryan Coquard (Vital Concept B&B Hotels), Julien Duval (AG2R-La Mondiale), Mickaël Delage (Groupama-FDJ), Olivier Le Gac (Groupama-FDJ), Adrien Petit (Total Direct Energie), Florian Sénechal (Deceuninck-Quick Step)

 

Clm

Corentin Ermenault (Vital Concept B&B Hotels), Yoann Paillot (Saint Michel-Auber 93)

 

 

Hervé Bombrun