Groupama-FDJ est une équipe habituée des Championnats de France. Marc Madiot, manager général de cette équipe, tient comme à la prunelle de ses yeux à cette épreuve, que ce soit le contre-la-montre ou que ce soit l’épreuve en ligne.

Et le mieux, c’est que ses coureurs le lui rendent bien. L’épreuve en ligne est marquée du sceau FDJ, puis Groupama depuis l’an passé depuis des années. La dernière d’ailleurs fois que cette équipe est rentrée bredouille des Championnats de France c’est lors de  l’édition de Chantonnay en 2015, avec le succès de Jérôme Coppel sur le chrono et de Steven Tronet (Auber 93, à l’époque), à l’occasion de l’épreuve en ligne. Mais face à cette petite disette, il y a eu aussi les années grands crus comme Vesoul avec le chrono pour Thibaut Pinot et l’épreuve en ligne pour Arthur Vichot.

 

Le millésime 2019 sera-t-il du même tonneau ? Personne ne peut encore le savoir. Il est en tout cas acquis que « Groupama FDJ » ne sera pas « fanny » au terme de cette édition 2019 à la Haye Fouassière, où Benjamin Thomas s’est emparé du maillot tricolore devant Stéphane Rossetto (Cofidis), déjà deuxième en 2015, et Julien Antomarchi (Natura For Ever-Roubaix).

 

Coureur d’allure, styliste même, Benjamin Thomas, 8du dernier chrono du Tour de Suisse, a écrasé la concurrence en Pays-de-la-Loire. « J’ai terminé 3l’an passé, j’avais déjà obtenu des titres en élite sur la piste (NDLR : Benjamin Thomas est trois fois champion du Monde sur piste), mais c’est mon premier titre élite sur la route, en plus sur le chrono, une discipline que j’affectionne. C’est une grosse satisfaction pour moi. Je me suis rapidement adapté sur la piste et j’ai bien négocié le passage de juniors à élite, cela a été plus long sur la route. L’équipe de l’Armée de Terre m’a donné ma chance et laissé progresser tranquillement.

 

La Groupama FDJ m’a permis ensuite de passer un nouvel échelon. C’est par le travail que j’y suis arrivé, et la course d’aujourd’hui marque un peu le début de ma carrière. » Celle-ci oscillera encore entre piste et route jusqu’aux Jeux de Tokyo, et ensuite, Benjamin Thomas devrait donner la priorité à la route essentiellement afin d’explorer dans ce domaine tous ses domaines des possibles.

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photos FFC – Patrick Pichon