Chpt-france-avenir-2015BRATAGNE_1

Crédit photo – FFC Patrick Pichon

Cela s’appelle déjouer les pronostics !

 

Et en plus de fort belle manière. Célia Le Mouël, neuvième des championnats de France2014 à Saint-Omer, alors qu’elle était encore minimes, a remporté cette épreuve cette année aux Pieux dans sa première année cadette.

 

Bel exploit. « La tactique au sein du comité de Bretagne parce que nous étions nombreuses au départ était d’attaquer les unes après les autres, tout en protégeant notre leader Marie Le Net. »

 

Alors comme carte blanche avait donné au sein du comité à l’Hermine, Célia l’a saisie sans se poser de question. Le but de sa manœuvre initialement était collective, et avait pour but de favoriser le terrain pour ses coéquipières. Un acte au profit du collectif, et qui a débouché au final sur un bel exploit individuel de la part de la Malouine.

 

« J’ai attaqué dans le but de privilégier la course d’équipe, je ne l’avais pas encore fait, alors je suis sortie à mon tour. J’éi creusé l’écart, et quand mon avance est redescendue à trente secondes, je me suis dit que le peloton allait revenir sur moi. » Mais cette avance qui fond à cessé de descendre sous le seuil de la demi-minute. Le champ était alors ouvert pour Célia. « J’ai attaqué sur la grande route avant le ravito avant que l’on aille vers la mer.  Mais je pensais que cela bougerait derrière, et que les filles allaient revenir sur moi. Et si j’étais rattrapée je savais qu’il restait encore six bretonnes en course afin de terminer le travail. Notre but était de faire rouler les autres comités. » Mais une fois que Célia est partie personne n’a roulé, ou de manière sporadique, et le peloton n’a pas su s’organiser correctement. « J’ai commencé en pupilles deux, disait encore la nouvelle championne de France, terminé cette année neuvième de la Coupe de France cadette à Izernore, septième en Auvergne.

 

 

Ma victoire ici de toute manière est collective, voir toute l’équipe contente au pied du podium m’a procuré une grande joie. Mais la dernière bosse était vraiment difficile. J’avais l’impression de buter, l’impression de ne pas avancer ». Ce n’était qu’une impression…

 

 

 

Hervé Bombrun