RECO-CHPT-FRANCE1_1

Reconnaissance parcours Chantonnay
© Photo FFC – Patrick Pichon

Bryan Naulleau de l’équipe Europcar, et papa depuis un mois et demi d’un petit Zak, sera l’un des néophytes des championnats de France à Chantonnay, fin juin. « Je n’ai pas couru cette épreuve en 2010, même si j’étais amateurs, explique à France Cyclisme ce coureur qui partage ses entraînements avec Thomas Voëckler. Mais je suis venu assister aux courses, car cette épreuve se tient à dix kilomètres de chez moi, et puis on s’entraîne souvent dans ce coin quand on veut travailler dans les bosses, car c’est ce que l’on appelle le bocage ici, l’un des endroits plus pentus du département. C’est intéressant pour cela de venir s’entrainer dans ce coin quand on veut monter des bosses».

 

Autant dire que ce parcours malgré tout Bryan le connaît comme sa poche, tout comme ses coéquipiers, Giovanni Bernaudeau et Perrig Quémeneur, l’un des hommes de confiance en course de Thomas Voëckler.

 

« C’est un parcours qui était difficile en 2010, et qui l’est encore plus avec cette troisième difficulté, déclare-t-il à France Cyclisme. Je me rappelle la victoire de Thomas il y a cinq ans, c’était un grand moment pour Thomas, nous, Jean-René et notre équipe. Chantonnay est circuit hyper exigeant, qui s’adresse avant tout aux puncheurs. Il y a dix ou quinze coureurs maximum qui auront la chance de pouvoir gagner ici. Je pense comme cela pêle-mêle à Pierrick Fédrigo, Arthur Vichot, Tony Gallopin, Julian Alaphilippe et Thomas bien sûr, des puncheurs solides. Même Thibaut Pinot en regard de la somme de diffucltés que présente le parcours peut avoir des chances de gagner ici. Cela va être un championnat très dur. Nous, nous serons favoris, car nous allons courir chez nous, sur nos terres. Comment gérer ce rôle ? La pression avant la course ? Ce sera compliqué sans nul doute, mais là aujourd’hui, je ne sais pas trop. C’est trop tôt pour en parler. Il faudra de toute manière pour que nous ayons des chances qu’il y ait du mouvement, que la course se fasse vite… »

 

 

Hervé Bombrun