chpts-france-route-elite-TRONET3_1

Steven Tronet
Photo FFC – Patrick Pichon

Steven Tronet a fait sauter la banque à Chantonnay.

 

Le Nordiste, désormais installé du côté de Carcassonne, n’était pas le nom le plus cité au moment d’avancer un favori pour l’édition 2015 de ces championnats de France sur route en Vendée.

 

Même si sa victoire d’étape à la Route du Sud fut un bon indicateur sur son état de forme à l’approche de l’événement mais face aux Bardet, Gallopin, Bouhanni, Voeckler ou encore Chavanel il ne faisait pas le « poids » sur le papier. Et pourtant, lui, son équipe Auber 93, et ses proches y croyaient eux, sa femme aussi, laquelle joue un rôle essentiel auprès de lui. « Elle m’a massé deux fois cette semaine, fait faire du derrière voiture… », le tout nouveau porteur du maillot tricolore ne peut terminer sa phrase les larmes lui inondant le visage !

 

L’émotion forte qui a laissé place à un sang-froid total dans le final. Tony Gallopin en effet contre Romain Bardet qui avait pris l’option de faire le kilomètre, Tronet déboule. Il ne sera plus arrêté, au contraire de Bouhanni victime d’une chute (NDLR : laquelle entraînera par le collège des arbitres le déclassement de Anthony Roux).

 

« J’ai juste entendu du bruit derrière moi, contait Steven Tronet, je pensais que c’était des roues qui avaient touché. Moi j’ai sprinté côté gauche car il y avait du vent, et je voulais que les autres le prennent. Je suis un sprinter qui se débrouille derrière les trains des grandes équipes généralement, qui est dans la « cage aux fauves ».

 

J’apprécie les sprints un peu compliqué et en faux plat montant. » Le cas ici dans le bocage Vendéen, et au final Auber 93, le petit poucet du peloton professionnel, vingt deux ans d’existence, décrochait par son « homme du Nord » son deuxième titre de champion de France sur route, quinze après celui obtenu par Christophe Capelle, déjà en Vendée.

 

« Ma victoire à la Route du Sud m’a donné une confiance énorme en moi, poursuivait Steven Tronet, qui a « gagné » son premier vélo après avoir obtenu un dix sur dix en dictée. J’ai vu sur cette course que je pouvais gagner devant les grands sprinters français. Maintenant est-ce que maillot va changer ma vie ? Privée non, je serai toujours Steven Tronet. Professionnelle ? Je l’espère. J’aimerais courir en continentale pro, world tour car je pense que j’arrive à maturité, et surtout je peux encore progresser. Faire de grandes courses pourrait me le permettre. Je suis en tous les cas ouvert à toutes les propositions qui se présenteront. » Son téléphone pourrait sonner dans les jours qui viennent du côté de Playa de Aro, en Espagne, où il passera la semaine prochaine semaine quelques jours de vacances… ! Avant de reprendre et de mettre en avant son maillot tricolore sur la deuxième partie de saison en France sous les couleurs d’Auber 93, équipe continentale qui forme depuis vingt-deux ans des coureurs de talents, sous la coupe de l’infatigable Stéphane Javalet.

 

 

Hervé Bombrun


Championnats de France 2015 – Steven Tronet… par Cyclismactu