PINOT

Thibaut Pinot

Ce sera dur, et les sprinters risquent de ne pas « passer » sur le parcours court mais vallonné des Championnats de France 2016 route, tracé aux alentours de Vesoul.

 

Le chrono à l’identique ne devrait pas, sur le papier favoriser les rouleurs type.

 

Il faudra être puncheur-grimpeur pour rêver de tricolore dans le département de la Haute-Saône. Il y a du relief dans la pente, chez Thibaut Pinot, ambassadeur de ces France sur route, et la côte des 4 sapins. Une bosse qui se prendra à froid, puisque dès le départ les coureurs seront en prise, avec des passages avoisinants parfois les seize pourcents !

 

« Dès le départ, c’est dur », souriait aujourd’hui Thibaut Pinot, à l’occasion d’une reconnaissance in situ effectué en compagnie également de Francis Mourey (Fortunéo-Vital Concept) et Morgan Kneisky (Raleigh-Gac). La plus belle du coin est ici. Maintenant comme tous les coureurs au départ, je vais essayer de gagner cette épreuve. Maintenant j’aurai préféré que les bosses soient plus longues, demandent un effort plus prolongé pour grimpeurs ». Ce championnat de France sera de toute manière musclé, et s’annonce usant. « Le coureur qui sera sacré sera un beau Champion de France, soulignait Bernard Bourreau, sélectionneur de l’Équipe de France élite hommes.

Ce sera un homme fort qui va gagner ici, on va avoir une belle course. Les temps de récupérations sont faibles entre les deux bosses, et après il y a quelques lignes droites avant de rejoindre l’arrivée. Le circuit est court aussi en distance, il ne fait que treize bornes. La 1ère bosse est longue d’environ un kilomètre sept cent, la deuxième à Neurey-Lès-la-Demie oscille entre 7 et 13%. Le dénivelé total sera au terme de la journée pour les pros aux alentours de 3700 mètres, pour 55 kilomètres de montée. Une vraie course pour costauds, Vesoul « France » 2016.

 

Hervé Bombrun