Vesoul-2016-EDWIGE-PITEL1_1« J’ai passé une bonne semaine, je me classe 2e du contre-la-montre jeudi, et aujourd’hui, je gagne l’épreuve en ligne. C’est ma dernière saison à haut-niveau en plus, l’an prochain je ferai du sport mais autrement. Je travaille en effet, et c’est difficile de concilier sport de haut-niveau et ma profession », ces paroles sont signées de la Championne de France 2016, Edwige Pitel qui a retrouvé le maillot tricolore, neuf ans après en avoir conquis un premier sur le circuit d’Aurillac qui ressemblait à celui de Vesoul, dur, usant.

 

Pitel a signé l’un de ses derniers barouds d’honneur et l’a signé de la plus belle des manières.

 

« Cette année, ajoutait-elle, je m’étais préparée dans l’optique des Jeux Olympiques, j’étais motivée pour participer à cette épreuve, et pour le moment je suis remplaçante. J’ai repris très tôt, et dès le début de saison, j’ai senti que j’étais bien dans les bosses, que je grimpais bien ». Mais elle a remis une couche, en venant rouler à Vesoul.

 

« Je suis venue ici m’entraîner, repérer, et j’ai fait huit fois le circuits en me faisant ma course à moi toute seule. Je montais les bosses à fond, j’ai fait des essais de matériels, des tests. Je sais aussi qu’il faut avoir de la chance sur un championnat, j’ai connu pendant des années plus de mauvais moments que de bons. Aujourd’hui c’était mon jour, même si j’ai eu très peur quand il a plu car je n’aime pas cela, et que pendant un long moment j’ai saisie par le froid. Partir en fin de saison comme cela sur une belle victoire, un titre de Championne de France, c’est quelque chose dont je rêvais. »

 

Il fallait le faire. Edwige l’a fait, avec force et brio. 

 

 

Résultats complets

 

Vesoul-2016-PODIUM-DAMES1_1

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon