VTT, route, Olivia Onesti a réalisé le carton plein sur les Championnats de France ouverts à sa catégorie d’âge – minimes-cadettes- cet été

 

Olivia Onesti a le succès modeste. Elle ne flambe, ne dit pas un mot plus haut que l’autre. Elle profite juste du moment présent, même si entre l’Alpe d’Huez et, ici, à Beauvais, il s’est étiré sur un espace-temps de deux courses. « Ce titre me fait vraiment plaisir, je fais une belle saison 2019, et j’en profite. Cette course était mon objectif », indiquait la sociétaire de Scott Creuse Oxygène. « Même si celui prioritaire cette année était avant tout celui en VTT ». Lauréate de toutes les manches de la Coupe de France dans sa catégorie d’âge, la sociétaire de l’équipe de Nouvelle-Aquitaine n’avait pas couru de la saison contre des filles sur la route. « Je n’ai fait que quelques courses de préparation sur la route avant de venir ici à Beauvais, mais c’était avec des garçons. Je ne savais pas comment roulaient les filles cette année sur la route. Cela faisait un an que je n’avais pas couru avec elle. » Comprenez que sa dernière incursion dans un peloton minimes-cadettes remontait à l’été 2018 et les Championnats de France de l’Avenir à Plougastel-Doualas ! « Mon entraîneur avant la course m’avait donné une seule consigne : ne te prends pas tête ». Ce qu’elle a fait mentalement, mais pas dans les actes puisque c’est justement elle qui a provoqué le bon coup initié à deux tours de l’arrivée, et fort de de sept concurrentes. Une échappée qui a perdu des unités au fil des kilomètres, mais Olivia Onesti a tenu la barre elle, et s’est imposée détachée devant Line Burquier… à bout de souffle. « Je vais continuer à faire du cyclo-cross, du VTT et de la route, disait-elle. Je parviens à avoir des résultats dans les trois disciplines, pourquoi en privilégier actuellement une plus que l’autre. Je sais à l’avenir que je vais devoir faire un choix, mais là je veux continuer ainsi. De toute manière la discipline que je préfère c’est le VTT. C’est ce que j’aime le plus, celle dans laquelle je prends le plus de plaisir ».

 

 

 

Hervé Bombrun