Pierre-Luc Périchon a été dimanche dernier l’un des « héros » de Paris-Roubaix.

 

Le coureur de la formation continentale pro Bretagne Séché environnements a en effet été longtemps échappé sur l’une des plus belles, des plus «sauvages » des classiques.

 

Une course d’un autre temps ou le coureur vit une « véritable » aventure humaine face à des sentes parfois hostiles, mais tellement chargés d’histoires grandes la plupart du temps. Pierre-Luc Périchon n’a pas eu peur de défier cette épreuve, d’y aller en compagnie d’un autre français, Alexis Gougeard d’Ag2r la Mondiale.

 

«J’ai recommencé ma saison assez tardivement, dit-il à France Cyclisme. J’avais fait la manche de Coupe du Monde sur piste à Londres, et ensuite j’ai pas mal coupé. J’ai effectué un bon bloc de foncier avant la saison sur route, et je suis retourné sur la piste lors du stage terminal de l’équipe de France à Bordeaux avant le mondial piste UCI 2015 de Saint Quentin-en-Yvelines. »

 

Quatrième du Tour de Langkawi, il « a accroché le bon wagon lors de l’étape dure, j’ai pu faire la course. C’est bien d’être dans un col, mais s’il était régulier et demandait de se monter en cadence avec Henao, Agnoli, Beltran. Je fais j’aurai préféré un podium c’est certain, mais je suis satisfait de ma prestation là-bas aussi ».

 

Coureur courageux et offensif, Pierre-Luc « espère maintenant décrocher une victoire, c’est ce qui me redonnera confiance en moi, et me permettra aussi d’avoir un peu plus celle de l’équipe. Je veux aussi obtenir un contrat fin 2015. Une fois que j’aurai gagné pourquoi pas me trouver dans une bonne spirale et en gagner plusieurs. »

 

 

 

Hervé Bombrun