Grand classique de la saison sur piste en France, le Grand Prix de Saint Denis a été l’occasion du retour « officiel » de Grégory Baugé dans les épreuves de sprint individuel, vitesse ou keirin… depuis les Jeux Olympiques de Londres. Car si il a disputé de nombreux tournois de vitesse par équipes, en Grands prix et aux Championnats du Monde, disputé le match France contre la Grande-Bretagne lors de l’inauguration du Vélodrome de Saint Quentin en Yvelines, Trinidad récemment, le Guadeloupéen de l’Équipe de France n’avait pas disputé de compétitions offrant des points qualificatifs pour les manches de Coupe du Monde. C’est chose faite avec Saint Denis, avec en sus une victoire lors du tournoi de vitesse individuel. Michaël D’Almeida prenant la troisième place, tandis que Kévin Sreau est quatrième.
« C’est vrai que c’était la première compétition pour Greg s’inscrit dans la démarche de la qualif pour les Jeux de Rio et qu’il marque aussi des points pour les Coupe du Monde, souligne auprès de ffc.fr dépêches La France Cycliste, Franck Durivaux entraîneur national du sprint. Il est en forme, va vite puisqu’il signe 10 sec 5 sur le deux cents mètres lancés. Il a fait ensuite de très bons matches, prenant les bonnes décisions qu’il fallait vite. Il n’a en plus rien perdu de sa force. Physiquement il est en effet là, enchaîne les matches, encaisse la répétition des efforts. Greg est très concentré sur ce qu’il fait, on le sent impliqué dans son sport. Il a aussi fait un bon tournoi de keirin, avec des sprints plus longs et j’ai vu qu’il s’arrachait pour les finir. »
Une bonne nouvelle pour l’Équipe de France donc, comme les deux deuxièmes places de Michaël d’Almeida en vitesse et sur le keirin. « Michaël n’était pas au top de sa forme, mais avec sa grinta habituelle et sur son expérience il a su obtenir deux bonnes performances. » Pareil, pour Quentin Lafargue troisième du keirin, sa discipline lui qui est triple champion de France dans cette épreuve. « Quentin court toujours aussi juste, c’est un sprinter parmi les plus résistants. Je l’ai trouvé un peu fatigué sur l’ensemble du Grand Prix de Saint Denis, mais il est capable de passer un cap important pour lui. J’en suis convaincu. »
Les filles n’ont pas été en reste avec là aussi deux « doubles » podiums pour Virginie Cueff et Sandie Clair, en vitesse individuelle et keirin. « Sandie a su jouer de sa force tactique en keirin. Elle est douée pour cette discipline. Elle se place au bon moment, mais il y a encore du boulot à faire pour qu’elle continue à hausser son niveau. J’ai trouvé Virginie très forte physiquement, en progrès mais elle doit encore optimiser sa lecture des matches et surtout être plus sûre d’elle, quand elle prend une décision, elle doit le faire de manière franche. Il faut qu’elle soit plus sûre d’elle. Olivia Montauban signe de son côté un bon deux cents. Elle est forte physiquement, mais doit se bonifier au niveau tactique. On avait été aussi en Allemagne avant Saint Denis et Melissandre Pain avait fait là-bas deux podiums en keirin, avec deux troisièmes places, et Benjamin Edelin, lui, s’est classé deuxième du keirin lors du premier jour de course. La seule ombre au tableau à tout cela c’est Thomas Copponi qui s’est cassé la clavicule, à Saint Denis, alors qu’il revenait tout juste d’une fracture de la rotule ! »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste