Audrey Cordon fait partie du collectif France endurance actuellement en stage sur le vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines. La Bretonne lauréate cette année d’une étape de la Route de France, revient à ses premières amours, la piste, et disputera d’ailleurs la deuxième manche de Coupe du Monde de Londres, au début du mois de décembre. Mais avant cette « plongée » dans le grand bain, comme Bryan Coquard lui aussi « stagiaire » à SQY, Audrey fera ses gammes lors d’une épreuve sur la piste de Gand, en fin de semaine. « Je ne connais pas encore mon programme de courses pour cette compétition en Belgique, il n’est pas encore défini, c’est Steven Henry qui décidera dans les jours qui arrivent. J’étais en fait super motivée au départ pour la piste, puis j’ai eu moins d’envie au fil des semaines. J’avais du reste revu un peu ma copie, car avec la route, on est déjà pas mal partie de février à septembre. Mais Steven a su me convaincre, il m’a dit aussi que l’on ferait de la route et pas uniquement de la piste. Je suis de toute manière arrivée par la piste, et j’aime cela. Toujours autant même. Ici, à SQY, en plus en cela nous permet de rouler au chaud, de nous préparer dans de bonnes conditions durant la période hivernale. C’est plutôt agréable. Maintenant question compétition, je vais jusqu’à Londres, et on verra bien après, rien n’est encore arrêté. On débriefera avec Steven ensuite. Je n’avais pas fait du mondial piste un objectif, le collectif en plus n’est pas encore défini. Il faut voir déjà les performances que l’on va réaliser lors de la deuxième manche de Coupe du Monde. Je verrai dans les semaines qui viennent de toute manière. » Mariée depuis un mois, Audrey qui s’appelle désormais Cordon-Ragot, espère quoiqu’il en soit, « faire briller son nouveau nom sur les podiums en 2015 », et bien évidemment le plus souvent possible avec sa nouvelle équipe pour 2015, Wiggle Honda Pro Cycling, formation qui bat pavillon Britannique. « Un groupe au sein duquel il y a toujours Giorgia Bronzini, déclare-t-elle à ffc.fr, et que je rejoins en compagnie de Élisa Longo Borghini et de Chloé Hoksing, l’Australienne. Toutes deux comme moi, viennent de Hitec Products. J’ai choisi ce team parce qu’il a plus de moyen, qu’il est mieux encadré et aussi pour un petit côté financier, car cela compte également, bien évidemment. Élisa surtout partait, et je voulais continuer l’aventure avec elle. Je pense que j’aurai le même rôle que j’avais chez Hitec Products, celui de super équipière. On formera un trinôme avec Chloé et Élisa, plus les autres bien entendu. Je pourrais jouer ma carte sur certaines courses, y compris si je suis devant, et sur d’autres je me mettrais au service du collectif. Je serais en quelque sorte une coéquipière de luxe. » Mais pas seulement, car comme l’a démontré en 2014 son magnifique succès sur les routes de la Route de France, Audrey Cordon a pris une « taille » à l’international. Inutile, donc, de préciser qu’elle ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin…Hervé Bombrun