GANE-DURIVAUX 

 

Sept fois champion du Monde sur piste (deux fois en vitesse individuelle, une fois en keirin, quatre fois en vitesse par équipes), et sacré champion Olympique de vitesse par équipes, à Sydney en 2000 en Australie, dans un rôle de démarreur, aux côtés de Florian Rousseau et Arnaud Tournant, Laurent Gané a rejoint ce matin le staff de l’Équipe de France de sprint, dans un rôle de coach de la « performance », et « afin d’apporter son expertise du haut-niveau ».

 

« On va avoir un binôme pour le sprint français, déclarait le DTN, Vincent Jacquet, qui avait bien gardé au chaud cette information. Je sais que je peux continuer à m’appuyer sur Franck Durivaux qui est quelqu’un de fidèle, dynamique, compétent dans son domaine. Je crois beaucoup aussi en la notion d’équipe, de collectif, de compétences complémentaires, et je cherchais ce profil-là pour mettre quelqu’un au côté de Franck, afin de calmer comme l’a souligné dans son édition d’hier le journal « L’Équipe », les gros égos dont nous disposons au sein de l’Équipe de France du sprint.

 

Laurent est justement quelqu’un qui a l’expertise du haut-niveau, la rigueur, la ponctualité aussi des grands rendez-vous internationaux aussi. Franck restera, lui, l’entraîneur national du sprint français, et on lui adjoint Laurent Gané dans un rôle de coach qui fera partager sa science de la course, son « feed-back » de champion aux athlètes de l’Équipe de France. Il saura également juguler leur stress à l’approche des grandes échéances. L’objectif est de sécuriser l’entourage de nos sportifs. » Une pièce de plus au puzzle qui se construit morceau après morceau, en ayant pour finalité Rio 2016. « Laurent a la culture de la gagne, de la médaille », ajoute encore Vincent Jacquet.

 

En effet. Formé dans ses jeunes années par Daniel Gisiger, puis « poli » en France par Daniel Morelon au Pôle France de Hyères, le Néo-Calédonien, présenté ce matin dans les salons Olympiques (cela ne s’invente pas), du Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines, avec déjà les couleurs de l’équipe de France sur les épaules, a eu ses premiers mots forts et précis. « J’ai été touché par l’appel du DTN. Pendant dix ans j’ai défendu les couleurs de la France sur les plus grandes épreuves internationales, aux quatre coins du globe, et là je suis heureux de passer de l’autre côté, d’apporter mon expérience aux sprinters de l’Équipe de France sprint. Le challenge a toujours fait partie de ma vie, c’est quelque chose qui est ancré en moi, je suis donc forcément attiré par celui-ci, qui est très fort, et nouveau pour moi. J’ai été ferme ce matin avec les athlètes dans la notion de performance, c’est eux qui doivent savoir où ils veulent aller.» Dans les faits, comme l’a expliqué, le DTN, Vincent Jacquet, Laurent Gané sera présent lors des stages de l’Équipe de France avant les grandes compétitions, sur les manches de Coupe du Monde piste, et aux Championnats du Monde, Jeux Olympiques. « Il travaillera ensuite à distance au quotidien avec Franck qui aura en charge l’entraînement, ils feront tous deux des débriefings via internet, skype. Laurent sera dans l’analyse avec Franck. Ils échangeront aussi sur les protocoles de soufflerie, et bien d’autres domaines. Le but est vraiment d’accompagner la dynamique de l’athlète, on sait que cela va fonctionner, car nous sommes au 21ème siècle. Nous disposons de méthodes modernes pour pouvoir travailler, gommer les distances entre les hommes.

 

Laurent sera vraiment un coach, et Franck le « taulier » au quotidien de l’Équipe de France sprint. » Propos que confirmait Franck Durivaux, ajoutant. « On sera complémentaire avec Laurent pour amener nos athlètes vers les plus grandes performances. » Alors, en piste, pour le mondial piste 2015 de Saint-Quentin-en-Yvelines, avant le grand décollage pour Rio 2016 !

 

Hervé Bombrun