Corentin Ermenault n’est pas encore tout a fait un élite, mais presque plus un juniors…

 

en tout cas depuis le week-end dernier, puisque le champion de France du chrono, a fait ses premiers tours de roues élites, sur la piste, dans le cadre du Meeting de Gand. Le sociétaire du CC Nogent-sur-Oise qui portait pour l’occasion le maillot de l’équipe de France s’est classé troisième de la poursuite individuelle. « Je fais un temps de 4 mn 36 sec en série, et pour la petite finale, dit-il à ffc.fr, je rattrape mon concurrent au bout de trois tours. C’était ma reprise après une coupure d’un mois, je suis content. »

 

Une coupure aussi longue un peu… forcée. Explications. « J’ai eu une tendinite au pied qui m’a pas mal handicapée juste après les championnats de France de Saint Quentin-en-Yvelines élites (1ère là, aussi, mais au niveau domestique). Là, je n’ai repris que depuis le stage Équipe de France au Vélodrome National, avant j’avais juste fait un peu de piscine et du VTT. »

 

Un stage qui s’est tenu sous la conduite de Steven Henry, et donc achevé par cette compétition Gantoise. « Ce regroupement réunissait le collectif numéro deux de l’endurance. La compétition en Belgique, son but était de voir ce que je valais face aux élites dans un contexte international.

 

Si j’y suis allé c’est pour l’expérience, sans pression, juste pour voir. Je ne visais aucun podium, ou points à marquer en vue des championnats du Monde. C’était uniquement pour me situer. Point. D’ailleurs, je vais du fait de ma tendinite décaler ma sélection en Coupe du Monde sur piste. La toute première élites ne sera pas à Londres, en décembre. J’ai préféré différer pour être en forme quand je serai sous le maillot de l’équipe de France à l’occasion d’une manche de Coupe du Monde piste. Je vais donc faire celle de Cali, en Colombie. Mais avant cela, je vais disputer les trois jours de Genève sur piste, par contre je ne sais pas encore qui sera mon coéquipier lors de cette compétition. »

 

Heureux comme un juniors d’avoir replongé dans l’univers de la compétition, à Gand, Corentin Ermenault a en plus bénéficié de la présence de « grands » jeunes anciens, à ses côtés, comme Julien Duval (Roubaix Lille Métropole) et Bryan Coquard (Europcar). « J’étais à leur écoute, j’écoutais leurs conseils. On a beaucoup appris avec eux, c’est différent de courir avec les pros qu’en juniors. Chez les juniors, cela progresse par à coups, alors que là on est à fond du début à la fin. C’était ma reprise mais néanmoins j’ai vu que j’étais déjà à niveau acceptable, je ne traînais pas en fin de peloton. J’ai pu faire des efforts, j’étais en fait assez content. »

 

Hervé Bombrun