Victime d’une luxation de la rotule avec arrachement des ligaments interne du genou, il y a neuf semaines, Thomas Copponi a repris « l’entraînement voici quinze jours sur la piste de l’INSEP. J’ai commencé par faire juste les séances de train avec le groupe, puis depuis hier j’ai fait mes tout premiers sprints et cela s’est bien passé », explique le champion de France juniors 2013 de vitesse individuelle, qui est passé cette saison dans les rangs Espoirs. »

Je suis resté à l’INSEP pour faire ma rééducation, explique encore le sprinter Provençal. Je n’ai pas arrêté de m’entraîner durant ce laps de temps. Je faisais de la musculation du haut du corps, et des exercices avec ma jambe gauche sur le cyclus ou en musculation. Franck Durivaux, entraîneur de l’Équipe de France, m’a dit de prendre mon temps de respecter les délais de guérison, de ne pas chercher à accélérer les choses, que c’était le plus important. Le but était de se soigner au mieux et non pas de chercher à le faire le plus vite possible. »

Patient, Thomas Copponi l’a donc été, même si il sait que sa blessure est « tombée » au plus mauvais moment de la saison. « Je me suis blessé à une période très critique, confirme-t-il, car les championnats d’Europe Espoirs sont programmés dans un peu plus d’un mois. » Le début d’un contre-la-montre pour lui ? « La reprise de l’entraînement s’est plutôt pas mal passée, ajoute Thomas, on a prochainement des courses en Allemagne du côté de Cottbus. On reste là bas deux semaines, car on va courir deux Grands Prix et faire un stage sur place, cela va faire dix jours au total. On décidera à l’issue de cette période, avec Franck Durivaux, si je vais aux Championnats d’Europe ou pas. »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste