Corentin Ermenault est en phase de reprise. Le Picard a recommencé en effet à rouler sur home-trainer depuis cette semaine. Mieux, le nouveau sociétaire de la formation Vital Concept Cycling Club a repris l’entraînement sur route avant-hier, en effectuant une sortie de une heure et cinquante minutes. Il avait été aussi en stage en Espagne avec sa nouvelle, et là-bas il a effectué de nombreuses marches à pied en compagnie de l’entraîneur de son équipe, Fabien Rabeau.

Un retour au sport progressif donc pour le médaillé de bronze des derniers Championnats du Monde du contre-la-montre Espoirs, à Bergen, qui explique-t-il, s’être fait opérer : « De l’appendice xiphoïde, le 7 décembre. Il a fallu me couper les abdominaux afin de couper cette xiphoïde, cartilage que nous avons dans le prolongement du sternum. Le mien me gênait car il était en litige avec mon foie, et dès que je fournissais un gros effort, que je sur-ventilais, et cela me créait des points de côté, a priori ».

Conséquence de ce passage au bloc hivernal et de cette reprise progressive de son métier de coureur cycliste, les prochains Championnats du Monde sur piste à Apeldoorn ne figurent pas, logiquement, au programme de Corentin Ermenault qui avait terminé, rappelons-le, 4e de la poursuite individuelle élite hommes et 5e de la poursuite par équipes avec la France, l’an passé à Hong-Kong.

 

« Les Jeux de Tokyo restent l’objectif principal »

 

« C’est dommage car cela fait un an demi, deux ans que l’on bosse bien tous ensemble, note Corentin. L’an passé déjà, on avait la possibilité de jouer quelque chose lors des Championnats du Monde. Cette année cela aurait pu être encore mieux. Mais je me devais de trouver une solution à cette gêne occasionnée à chaque fois sur de gros efforts l’an passé, afin d’être encore plus fort à l’avenir. Mon objectif principal n’a pas changé, et reste les Jeux. Je préfère ne pas être Champion du Monde cette année et être sacré Champion Olympique, ou faire une médaille à Tokyo dans deux ans et demi ».

En attendant l’échéance nipponne, et bien d’autres la première course sur route de Corentin Ermenault est d’ores et déjà fixée : ce sera le Grand Prix de Cholet, le 25 mars. « Le but est, comme j’ai une préparation décalée, de faire comme si j’étais en phase de reprise hivernale, et mes deux mois prochains mois ressembleront en quelque sorte à mon entraînement « hivernal ». Je reprendrai les compétitions à la suite de ce bon bloc ».

 

 

Hervé Bombrun