Piste – Équipe de France – Sprint - Vitesse par équipes – Quentin Caleyron va tenter l’expérience

Quentin Caleyron

Quentin Caleyron est redevenu athlète.

 

Le Stéphanois après une longue blessure, qui cet été a nécessité une greffe osseuse, conséquence indirecte d’une sévère chute en BMX survenue au printemps 2016, a repris le cyclisme mais le modèle choisi a changé entre-temps.

 

Le bicrosseur de Saint-Étienne, demi-finaliste des Jeux Olympiques de Londres en 2012, a en effet décidé de se consacrer à la piste, et plus particulièrement à la vitesse par équipes. « Le chirurgien m’a donné son feu vert la semaine dernière pour reprendre le vélo, même si j’ai continué à m’entraîner et m’entretenir sur wattbike ces dernières semaines », dit Quentin, à France Cyclisme. « Je n’ai pas encore fait de tests, de départs dans le bloc de « start » pour le moment, mais je vais m’entraîner uniquement sur la piste. Je ne sais pas du tout quand je vais débuter en compétition, rien n’est encore établi car je n’ai pas fait mes preuves en qualité de pistard ». Mais Quentin ne part pas sans aucun repère. « J’ai effectué il y a quelque temps déjà des essais au démarrage avec un vélo qui n’était pas celui de l’équipe de France sprint, et je bouclais le tour de piste en 18 sec ».

Animé d’une forte envie, Quentin Caleyron comme à son habitude reste toutefois toujours mesuré. « La partie la plus importante lors du démarrage en vitesse par équipes est la deuxième, et là, on ne sait pas encore ce que je peux faire, dit-il humblement. C’est un beau challenge qui s’ouvre à moi, rien n’est certain, mais je suis super-motivé. J’ai mis une croix sur le BMX, je veux faire de la piste. Je regarde toujours des vidéos de piste désormais, c’est un gros défi. J’en ai conscience ». Ayant le soutien des deux entraîneurs nationaux piste, Herman Terryn et Clara Sanchez, Quentin Caleyron sait qu’ils « croient en mon potentiel et ils sont okay pour me laisser ma chance. Mais ils y croiront, ajoute-t-il, peut-être plus quand j’aurais fait des temps. Herman et Clara me laissent ma chance, mais je ne suis personne pour le moment sur la piste. J’ai tout à prouver. C’est en tout cas une expérience sympa, cela me fait penser à mes seize ans lorsque j’ai débuté le BMX. J’apprécie de retrouver cette sensation-là. J’ai parlé de mes intentions avec Greg (NDLR : Baugé) il trouve cela cool, Quentin (NDLR : Lafargue) dont je suis proche pense aussi que c’est un super défi à relever. La actuellement, je ne suis qu’un challenger, après peut-être que cela changera ». Et qui sait, à terme Quentin Caleyron, deviendra peut-être le Jamie Staff, de la vitesse par équipes tricolore…

 

 

Hervé Bombrun