Gêné par des tendinites au genou, le champion d’Europe de sprint 2014, Grégory Baugé a décidé – en concertation avec le manager de l’équipe de France, Laurent Gané, et l’entraîneur national, Franck Durivaux- « de lever un peu le pied, dit-il à France Cyclisme. C’est comme cela, cela m’arrive quand il fait un peu froid comme en ce moment, ce n’est pas un hasard et aussi quand de petites choses ne vont pas, des détails. Mais on essaye de gérer au mieux la « crise ». Je lève le pied, m’entraîne moins et je fais des soins tous les jours. Il n’y a de toute manière qu’une chose à faire pour que cela passe une bonne fois pour toute c’est le repos. » Ayant connu ses petits soucis avant la manche de Coupe du Monde de Londres, où il a en plus été victime d’un petit virus, Grégory Baugé subit au quotidien des « ondes de choc et des ultra-sons, et ce qui est bien c’est que je sens de l’amélioration. Mais je ne suis pas non plus en repos complet, je fais des séances de musculation pour le haut du corps, je travaille également les ischio-jambiers. J’essaye ne pas solliciter mes quadriceps et mes genoux, et surtout de ne pas soulever de grosses charges. Il n’est pas trop tard pour m’arrêter, me soigner et me reposer afin de faire disparaître ces deux tendinites. C’est même le moment avant les échéances à venir de lever le pied, effectuer un maximum de soins afin d’être opérationnel lors des prochaines grandes échéances qui arrivent. »

 

 

 

 

Hervé Bombrun