La native de Hyères, Sandie Clair, qui occupe le poste de « démarreure » de l’équipe de France de vitesse par équipes, a fait de cette discipline sa priorité en vue des Jeux de Tokyo 2020. Explications

 

Quel bilan tires-tu de ta saison de Coupe du Monde sur piste, en vitesse par équipes ?

« Nous avons fait de bons résultats, d’autres un peu moins bien, mais je pense que dans l’ensemble, Mathilde Gros et moi, nous avons obtenues de bons résultats. Nous progressons, mais on ne parvient pas à avoir de la régularité dans le temps. A Londres, nous avons été beaucoup plus homogènes que les autres fois. Il faut que l’on s’accorde toutes les deux, vraiment sur le départ, le passage du relai, afin que ce ne soit pas aléatoire, mais constamment bien et fluide. On doit trouver des solutions à ce niveau-là. Nous devons davantage bosser ensemble, et améliorer les choses qui ne vont pas ».

 

La 2e place à Cambridge, signifie quoi, à tes yeux ?

« Cela fait, forcément, toujours plaisir. L’envie de faire mieux était là. On aurait aimé gagner, forcément. Nous pouvons être contente. On passe 3e série en qualification, on ne réalise pas un temps de folie. Ce qui a généré pas mal de stress chez nous, car il fallait être parmi les huit premières pour disputer le deuxième tour. On se classe troisième, après au premier tour on améliore notre temps. Cela donne de la confiance. On a disputé tout le tournoi dans son ensemble, en vue des prochains Championnats du Monde, et des Jeux ».

 

Le prochain objectif c’est le Mondial ?

« Dans un mois a peu près, et cela va venir très vite. Ce serait bien de rentrer dans le dernier carré, si on veut prétendre à une médaille aux Jeux. Il faut que l’on monte dans le top 4, si on souhaite réaliser cet objectif à Tokyo. Je ne sais pas si on est encore capable, on va aller en Pologne, dans le but de faire au mieux sur chaque tour ».

 

Quel devrait-être ton programme à Pruszkow ?

« Je ne fais que la vitesse par équipes, normalement. C’est un choix de ma part. Je veux me consacrer uniquement à la vitesse par équipes, je pense que Mathilde et moi, nous avons une chance de faire un podium aux Jeux en vitesse par équipes, si nous parvenons à être juste techniquement. En individuelle, je suis réaliste, je ne suis pas aussi vite que les autres. Je préfère disputer une seule épreuve, et la faire bien, plutôt que d’en disputer deux ou trois et les rater. Ma préparation est axée sur le départ en vitesse par équipes, c’est vraiment ma priorité.

 

 

Recueilli par

Hervé Bombrun