Pacte-de-perfomrance-sandie-clair-2

Manuel Valls, Premier Ministre

Sandie Clair a troqué en début de semaine son maillot-cuissard pour un chemisier-tailleur-pantalon le temps d’une réception à l’hôtel de Matignon, lieu de résidence du chef du gouvernement.

 

L’invitation lui avait été adressée par le premier ministre Manuel Valls et le secrétaire d’état aux sports, Thierry Braillard.

 

La Varoise n’était pas la seule cycliste présente sous les ors de la république, puisqu’elle était accompagnée, outre par le DTN de la FFC, Vincent Jacquet, de Pauline Ferrand-Prévot (Route), de Quentin Caleyron, Sylvain André et de Manon Valentino (BMX), et pour la piste, de Virginie Cueff, Laurie Berthon, Michaël D’Almeida et Quentin Lafargue.

 

Le but de ce regroupement de sportifs qui a été au-delà des cyclistes, ce lundi soir, était de mettre en évidence le « pacte de performance », et surtout de permettre la signature entre sportifs et entreprises adhérentes de ce mouvement. « Moi, déclare Sandie Clair à France Cyclisme, j’ai signé ce « pacte de performance » avec vestiti qui regroupe les magasins au fil des marques, ce sont des enseignes de prêt-à-porter. J’ai la liberté de m’entraîner, et je remplis pour eux des missions à distance. Je leur apporte des conseils en habillement ce qui est en corrélation avec ma formation de conseillère en image. J’ai signé un contrat avec eux jusqu’à fin septembre 2016, c’est-à-dire après les Jeux de Rio. J’espère leur apporter un plus puisque je vais travailler dans mon domaine d’activité. Je les ai rencontrés, ils sont en plus très sympas. C’est en fait entre et moi du donnant-donnant. Je suis contente de cette action ».

 

Pacte-de-perfomrance-sandie-clair-3

Thierry Braillard, secrétaire d’état aux sports,

« C’est bien aussi d’avoir organisé cette réception à Matignon, nous avons pu croiser le premier ministre, le secrétaire d’état aux sports, ajoute la Varoise. L’état a demandé pour ce pacte de performance aux entreprises de nous aider, cela s’est fait entre les entreprises, l’état et nos fédérations respectives. Je n’ai pas pu parler aux ministres ce jour-là, nous n’avons fait que des photos avec eux. Mais le fait qu’ils nous aient invités à Matignon c’est sympa, c’est une marque de reconnaissance. On sent qu’ils font attention à nous les sportifs. C’était un moment important organisé pour nous par les grands responsables de notre pays, c’est pour cela que je me suis rendue à cette réception. Cela me tenait à cœur d’y aller pour cette raison. Car on sent de la sorte que nous sommes pris en considération, nous sportifs de haut-niveau qui représentons la France, ses couleurs, en compétition aux quatre coins de la planète ».

 

Hervé Bombrun