La force d’une athlète de haut-niveau c’est de savoir rebondir quand tout se déchaîne face à elle, d’être capable de réagir quand les « vents sont contraires », ou que vous êtes sortis « prématurément » de l’élimination, 3eépreuve des Championnats de l’épreuve omnium femmes de Glasgow. « Je n’ai pas eu d’explications, je ne sais pas. C’est dommage, si les arbitres ont fait une erreur il faut qu’ils l’assument, c’est tout. On m’a dit que j’avais roulé sur la côte d’azur, c’est faux. Que j’avais poussé d’une coude une adversaire. C’est faux également. Maintenant j’ai été sorti alors qu’il restait encore huit autres concurrentes en piste, et que ce n’était pas mon tour d’être éliminée. C’est dommage car j’avais de très bonnes jambes. J’ai fait une super course en me replaçant tout le temps, et plus le peloton décroit plus c’est à mon avantage du fait que je vais vite. Si j’avais pu faire 5e, ma course aurait été toute différente. » Entendez par là, la course aux points dernière compétition comptant pour l’omnium. Mais Laurie veut aller de l’avant. « C’est ma force de caractère, je ne reste pas sur les échecs, une demi-heure après j’étais déjà remobilisée pour cette course aux points. Et puis il y a des choses plus dures dans la vie, ce qui est arrivée à Kristina Vogel par exemple, quelques semaines avant ce Championnat d’Europe, et tous, ici présents, nous pensons fortement à elle ». Auteur d’une belle course aux points, dans le coup, rapide, comme elle sait l’être, Laurie Berthon a finalement pris la 7eplace de Championnat d’Europe de l’omnium. Une belle performance compte tenu de l’avarie rencontrée. « J’ai pris une claque, j’en prendrais d’autres, je connaitrais encore l’échec, mais aussi la réussite, la performance car je travaille pour cela. Ici, il s’est passé ce qui s’est passé, mais c’est la qualif pour Tokyo qui débute et des omniums j’aurai la possibilité d’en disputer d’autres à l’avenir », conclut la médaillée d’argent de la discipline de Londres, en 2016.

 

 

Hervé Bombrun