Piste – Équipe de France – Endurance – Championnats d’Europe – Glasgow – Américaine – Élite hommes – Benjamin Thomas

Piste – Équipe de France – Endurance – Championnats d’Europe – Glasgow – Américaine – Élite hommes – Benjamin Thomas

France Cyclisme : Quel bilan tires-tu de cette américaine, Benjamin ?

Benjamin Thomas : « Il y a des cycles sur la piste, nous, Morgan et moi, avons connu une saison exceptionnelle en 2017. Cette année Morgan a connu pas mal de galère, moi je suis passé en World Tour avec Groupama et FDJ. On est dans un cycle de préparation en vue des Jeux. On doit encore travailler, ne pas nous affoler et conserver la tête sur les épaules. Ici, cela nous a rappelé qu’il y a de la concurrence. L’américaine est une épreuve qui reste ouverte… mais souvent pour le même top 6, top 5. »

 

FC : Pas d’inquiétudes, donc…

BT : « Non, Morgan va continuer à travailler et retrouver son niveau. Moi, de mon côté, je vais aussi continuer à travailler. On reste dans le match. Nous ne sommes pas non plus à la rue. On a sauvé les meubles aujourd’hui avec des aléas de course, et des petits détails nous ont fait perdre le podium. »

 

FC :

BT : « La coupe du Monde au Canada, normalement, celle au Canada. Ce sera un bon bloc. L’objectif ne sera pas de tout gagner, je ne suis pas une machine. Il faut assurer les points, des podiums, des tops 5. Je ferais aussi peut-être une Coupe du Monde en janvier. On ne peut courir après tous les lièvres. On est en 2018, et l’année des Jeux, il conviendra de passer encore un cran. Si on s’emballe trop tôt, il y a moins que l’on ne voit pas la fin ».

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon