Benjamin Thomas lauréat de la Coupe du Monde d’omnium élite hommes à Milton, au Canada

L’équipe de France a obtenu de très bons résultats sur la deuxième manche de Coupe du Monde au Canada, avec le succès de Benjamin Thomas sur l’omnium, mais aussi la 4place de l’équipe de France de poursuite par équipes élite hommes laquelle a réalisé un nouveau record de France. Entretien avec l’entraîneur national de l’endurance, Steven Henry.

 

France Cyclisme : Que représente la victoire de Benjamin Thomas en omnium, à Milton, après son podium obtenu lors de la première manche à Saint Quentin-en-Yvelines ?

Steven Henry : « Cela tenait à cœur de Benjamin de gagner une manche de Coupe du Monde en Omnium. Il avait déjà réalisé une telle performance l’an passé avec l’enchaînement de deux manches de Coupe du Monde, mais le mondial d’Apeldoorn ne lui avait pas donné satisfaction. Il était aussi déçu au sortir des Championnats d’Europe de Glasgow. Il avait réussi, à faire un podium en Coupe du Monde, une semaine avant Milton, à la maison à Saint Quentin-en-Yvelines, mais dans sa tête c’était en quelque sorte « le minimum syndical ». Là, il est parti en vacances avec le sentiment du « devoir accompli ». Cette victoire lui permet de bien terminer la saison, et d’avoir en ligne de mire le début d’année 2019, sans avoir aborder cette période avec la pression du résultat ».

 

FC : Cela veut dire en résumé que Benjamin a déjà marqué de gros points en vue de qualification Olympique ?

SH : « Il avait déjà marqué des points aux Championnats d’Europe de Glasgow en se classant 5e, puis sa 3eplace obtenue à Saint Quentin-en-Yvelines lui en a rapporté d’autres. Là, il gagne sur un continent extérieur à l’Europe, ce qui aura forcément une incidence en termes de points pris. Avec le capital de points qu’il a inscrit, Benjamin n’a pas aujourd’hui le couteau sous le gorge. Il lui reste à effectuer un gros Championnat du Monde afin de performer sans avoir la pression des points. Il n’a plus l’obligation de courir la manche de Coupe du Monde de Hong-Kong à fond. Là le boulot a été fait, de nombreux points ont déjà été marqués, et la priorité sera donnée au Mondial 2019 piste de Pruszkow, en Pologne. »

 

« Un quatre remodelé en poursuite par équipes hommes qui va vite »

 

FC : Il y a eu aussi la belle prestation de l’équipe de France de poursuite par équipes au Canada, qui se classe 4edu tournoi, et a amélioré au passage le record de France, le portant à 3 mn 55 sec 531

SH : « Nous étions un peu frustrés de notre tournoi à Saint Quentin-en-Yvelines, et là avec cette quatrième place ramenée de Milton nous sommes dans la même optique que la victoire de Benjamin : cela permet à la France d’inscrire de gros points en vue de qualification Olympique dans cette discipline. On termine là encore la saison sur une bonne note, avec un quatre remodelé, mais performant. Cela doit donner une forme d’émulation au groupe. Ces quatre coureurs vont vite, ils l’ont prouvé. D’autres étaient absents, et doivent prendre conscience que ce n’est pas gagné pour eux d’avance. Qu’il existe au sein du groupe une émulation positive, et que personne n’a sa place d’assurée. C’est important pour la suite le fait d’avoir une telle densité, et que cela aille vite avec d’autres coureurs que ceux avec lesquels cela avait été vite dernièrement ».

 

FC : Les filles étaient elles aussi en passe de battre de nouveau le record de France, mais elles ont malheureusement chuté…

SH : « Oui. Elles chutent à quoi, trente mètres de la ligne ! Nous avons été très déçus sur le coup, après avec le recul, nous nous sommes dits qu’elles auraient pu faire 4 mn 22 sec 8, 4 mn 22 sec 9… Elles se seraient classées à la sixième place. La déception c’est de perdre un peu de points par rapport aux Japonaises et aux Américaines, mais le bilan à tirer de Milton c’est de se dire que l’équipe de France de poursuite par équipes élite femmes continue à progresser. Que les temps s’améliorent toujours. Il faut garder cela en tête, afin que lors de la deuxième partie de saison nous restions sur cette dynamique-là. »

 

FC : Qu’elles ont été les autres sources de satisfaction au Canada, en endurance, Steven ?

SH : « Il y a eu des changements d’équipe qui sont intervenus, notamment sur l’Américaine élite femmes, avec la participation, par exemple de Marion Borras. Même s’il n’y a pas de podiums obtenus, des choses intéressantes ont été vues. Morgan Kneisky réalise une bonne américaine, après avoir été plus dans la difficulté, à Saint Quentin-en-Yvelines, notamment sur la course aux points. Morgan et Florian Maître perdent le podium sur le dernier sprint, il faut aussi savoir que cette épreuve a été interrompue, option de course qui ne leur a pas été favorable. Hormis la chute des filles en poursuite par équipes, nous avons vécu une bonne manche de Coupe du Monde au Canada. Laurie Berthon se classe 5ede l’Omnium, et mis à part Wild, il y avait tout le monde au départ de cette course. La performance de Laurie a été obtenue dans des conditions intéressantes. Il faisait en effet super sec à l’intérieur du vélodrome, donc c’était difficile pour les athlètes qui connaissent des soucis respiratoires comme Laurie. Ce qui a été le cas, pour elle, après la qualification de la poursuite par équipes. Sa 5place dans cette globalité est donc intéressante, d’autant qu’elle est en début de saison piste ».

 

 

Propos recueillis

Par Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Bruno Lecki