Piste – Coupe du Monde – Saint Quentin-en-Yvelines – Sprint – Vitesse individuelle – Élite femmes – Herman Terryn  – Mathilde Gros

Entraîneur national du sprint au sein de la DTN, Herman Terryn a de suite senti que la décision des commissaires pouvait être de disqualifié Mathilde. Explications.

 

France Cyclisme : Pourquoi Mathilde a été disqualifiée ?

Herman Terryn : Dans la sortie du dernier virage, Mathilde sort du couloir des sprinters. De combien, un minimum, un centimètre ou deux, mais de manière réglementaire c’est suffisant pour appliquer le déclassement. Après on voit tellement de tolérance appliquée, hier encore lors de la vitesse par équipes. Je suis un peu surpris de la sévérité, après on ne peut pas lui reprocher d’appliquer le règlement. Après si c’est le cas, il faut que ce soit pour tout le monde pareil.

 

 

FC : En demi, elle tombe en plus sur la lauréate du tournoi ?

HT : Oui, elle tombe sur Lee, une concurrente qui est très forte. Elle gagne cette manche de Coupe du Monde. Lee est une athlète qui court à l’opposé de Mathilde, qui a des qualités aussi différentes aux siennes. Mathilde a besoin des matches de grandes qualités pour battre des adversaires de cet acabit, et pour le moment, elle commet encore un peu trop de fautes stratégiques. Et c’est un peu compliqué. »

 

FC : Le point positif ce sont les deux manches prises sur la piste à Shmeleva…

HT : Oui. Il y a eu ces deux manches prises à Shmeleva, après celles qu’elle a perdues à Glasgow. Mathilde d’une certaine manière a pris sa revanche, même si au final cela s’est mal goupillé. C’est compliqué après quand on perd une manche ainsi, et de se remotiver pour la belle. On ne revient pas avec la même confiance. Entre Mathilde et la Russe il y a très peu de différence de niveau, et au final, cela se paie cash pour elle sur une dernière manche décisive ».

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon