Piste  – Championnats du Monde – Apeldoorn – Vitesse par équipes élite hommes – Clara Sanchez  entraîneur national du sprint

Piste – Championnats du Monde – Apeldoorn – Vitesse par équipes élite hommes – Clara Sanchez entraîneur national du sprint

L’équipe de France piste a débloqué son compteur médaille sur ces Championnats du Monde 2018, comme l’an passé à Hong-Kong, avec la vitesse par équipes hommes.

 

Les quatre « mousquetaires » tricolores qui ont investi le podium à Apeldoorn sont François Pervis, Michaël D’Almeida, Sébastien Vigier et Quentin Lafargue.

 

Les tricolores ont réalisé le 2e temps des qualifs, et au 1er tour leur course a été perturbée par deux faux départs effectués par les sprinters Japonais. La France a su réagir pour le match qui délivrait le bronze, en se battant avec rage. Une médaille que les tricolores et leur staff ne boudent surtout pas. « Il faut dire, souligne en effet Clara Sanchez, entraîneur national du sprint, que des gros temps ont été réalisés par les hollandais tout au long du tournoi. Ils étaient vraiment au-dessus du lot. Et nous on est loin d’eux sur le plan des chronos, donc, ce ne serait pas honnête de prétendre que l’on aurait pu rivaliser avec eux.

 

 

 

On est néanmoins dans le match avec les autres équipes, notamment les Anglais, même s’ils sont encore un dixième devant nous en finale. Ce qui est certain c’est que chacun a donné le meilleur de lui-même et que l’équipe va chercher une nouvelle médaille de bronze. Il ne faut pas la bouder. »

 

Reste la question des deux faux-départs, sans cela la donne aurait-elle été un peu modifiée pour la France. Notre nation aurait-elle pu prétendre à la finale face aux Hollandias. « Sans nous chercher d’excuses, ces deux faux-départs nous ont coûté, faire trois départs à quelques minutes d’intervalle à une incidence sur le chrono, sans doute. Maintenant nous sommes une équipe, les quatre coureurs Herman, le staff et moi, et nous avons fait 3e tous ensemble ».

 

La même satisfaction du podium obtenu régnait du côté de Herman Terryn, lequel a tenu à souligner la force mentale du groupe France. « Il ne faut pas oublier que cela reste un Championnat du Monde, et que l’on revient avec du bronze, de surcroit avec une équipe qui n’est pas dans la même configuration que l’an passé, avec aussi de nouveaux coureurs à des postes qu’ils n’occupaient pas auparavant, je pense notamment à François Pervis. On est content de rééditer notre 3e place de l’an passé ». Le podium était attendu du côté de l’équipe de France « Et on y est, apprécie Herman Terryn, entraîneur national du sprint à la FFC. Les Hollandais chez eux ont signé une très grosse performance, martélait-il lui aussi. Les Anglais ont enregistré le retour de Kenny, ils ont tourné à cinq coureurs. Il est toujours important d’être très fort au 1er tour, et nous on a eu deux faux départs des Japonais en face de nous. Cela nous coûte sans doute la finale pour la 1ère et la 2e, car on a été un peu moins bien, mais néanmoins on est vraiment content de ramener une médaille ce soir ».

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick pichon