Sandie Clair aime Cali, et cette piste et manche de Coupe du Monde Colombienne le lui rend bien ! Troisième en vitesse individuelle en 2010 sur ce vélodrome semi couvert, elle a terminé ce week-end quatrième de cette même épreuve, battue pour la troisième place par la Chinoise Guo Shuang, «bête noire » des sprinteuses tricolores. « Cela fait du bien, déclare à France Cyclisme la Hyéroise. Je sens que je retrouve le chemin vers le haut-niveau, et cela fait du bien. Je ne suis pas encore au niveau d’entraînement et de forme qui étaient les miens avant les Jeux de Londres 2012, mais je sens que l’on tend vers cela ».

La venue de Laurent Gané, au sein du groupe France sprint, comme manager général, a été l’un des détonateurs à ce retour vers la performance, Sandie ne le cache pas. « Sa présence, son apport fait du bien à l’ensemble du groupe, souligne, et quand le moral va, tout le reste va mieux. Laurent nous a amené quelques petites touches personnelles au niveau de l’entraînement. Il a aussi sa manière d’aborder les compétitions. Il nous laisse faire en matches, ne nous donne pas dix mille informations à gérer. Mais après les matches, il détaille avec nous ce que l’on a fait, nous montre nos erreurs tactiques, ce qui nous permet de progresser, et surtout de ne pas les refaire. J’apprécie sa façon de faire. » En tout cas cela marche, la preuve, même si l’ancienne championne d’Europe élites de vitesse individuelle, sait où et dans quels domaines elle doit encore progresser. « Mon temps au deux cent mètres lancé à Cali n’était pas bon, dit-elle encore. Je suis à quatre dixièmes des filles contre lesquelles j’ai couru en match, c’est forcément un handicap. Il faut que je progresse pour me retrouver soit en milieu de tableau, soit encore plus haut, et ainsi m’ouvrir des matches plus faciles. Mais là, je rentre de Cali avec un bon moral. » Cela se voit, s’entend, et surtout se mesure sur le tableau des résultats…

 

 

 

 

 

Hervé Bombrun