Espoirs 1ère année, Rayan Helal qui sortait des rangs juniors auréolé d’un titre mondial en vitesse indivdiduelle, a réalisé un « heat-trick » la semaine dernière à Aigle sur les Championnats d’Europe en s’imposant en vitesse par équipes, vitesse individuelle et keirin

 

France Cyclisme : Tu t’attendais à performer de la sorte aux Championnats d’Europe à Aigle, et ramener trois titres ?

Rayan Helal : « Je ne m’y attendais pas forcément pour les trois médailles d’or, mais malgré tout j’étais préparé pour gagner en allant en Suisse. Je me savais en forme, et je savais que je faisais quelque chose de beau. La victoire obtenue en vitesse par équipes avec Florian Grengbo et Melvin Landerneau m’a mis en confiance. J’ai gagné ensuite la vitesse individuelle, et après le keirin. J’étais assez serein en Suisse et cela a super bien marché pour moi ».

 

FC : Tu as connu, Rayan, une transition de juniors à Espoirs et élite sans anicroche…

RH : « Je ne pouvais pas réaliser une meilleure transition, je pense que je suis bien parvenu à réduire la marge qui existe entre la catégorie des juniors et celle des élite. Je suis heureux à la fin de ma première saison Espoirs-Élite du niveau que j’ai pu obtenir, et je vais maintenant me reposer, afin de reprendre avec des objectifs un peu plus élevés, et continuer à faire, ainsi, ma place chez les « grands ». »

 

FC : Tu vas disputer quelle manche de Coupe du Monde ?

RH : « Je ne sais pas encore. Je vais déterminer tout cela en compagnie de mon entraîneur qui est Clara Sanchez. Disputer une manche de Coupe du Monde dépend du programme de chacun, des entraînements, évidemment disputer celle de Saint Quentin-en-Yvelines, sur le Vélodrome National, me ferait plaisir, mais si je ne la disputais pas je ne serais pas déçu pour autant. Je ne sais pas à l’heure actuelle combien de Coupes du Monde je vais disputer, le nombre de compétitions disputées est ultra-variable, c’est aussi l’occasion pour les entraîneurs de l’équipe de France sprint de tester de nouvelles choses. On verra tout cela à la rentrée ».