Coupe de France de l'Américaine - Élite hommes - Kevin Réza

Coupe de France de l’Américaine – Élite hommes – Kevin Réza

France Cyclisme : Cette victoire possède quel impact, Kévin ?

Kévin Réza : « Je suis content, forcément. Être guidé par Morgan Kneisky sur piste c’est un vrai plaisir, j’ai suivi ses conseils du début à la fin. J’ai eu un moment de doute après la mi-course. J’ai senti que j’avais besoin de souffler un peu, à 120 tours de l’arrivée, je lui ai dit. On a alors calmé un peu le jeu, et on a remis une petite couche sur la fin, et franchement c’était top ».

 

FC : Morgan nous a déclaré que tu avais « une belle technique malgré le fait que tu pratiques peu l’Américaine

KR : Je ne sais pas si on perd la technique, car cela fait déjà un petit moment que je pratique l’Américaine, que je fais de la piste. On n’oublie pas les gestes techniques, ce que l’on a appris chez les jeunes. J’avais un peu de doute, de peur avant le départ. J’étais un peu stressé. Je n’osais pas trop le dire, après ma chute du mois et revenir ainsi sur piste… car c’est vraiment ma toute première compétition nationale. Ce n’était pas évident. Les premiers relais furent un peu durs, pas évident à gérer, mais une fois que l’on est lancé dans la course on se laisse guider. On pense à sa technique, et c’est parti… on appuie fort sur les pédales.

 

FC : Quel est ton programme à suivre ?

KR : Je finis le stage piste équipe de France vendredi, et après j’ai une semaine pour me mettre au niveau, et le 26 et 27 mai il y a les Coupes de France en Bretagne. La grosse échéance se sera le Tour de Suisse début juin, et j’espère que cette semaine helvète va m’aider à revenir vraiment à un très bon niveau et me permettra de revenir en forme pour les Championnats de France. Ce sera un objectif car j’ai repris la saison un peu plus tard que les autres coureurs. J’ai pas mal de fraîcheur et d’envie. Ce sera vraiment un gros « début de saison » dans la mesure où je n’ai repris que mi-mars, la forme est bonne mais je dois travailler encore d’ici là. Il y à Arnaud Démare chez nous mais je ne m’interdis pas de rêver. Les circonstances de course seront peut-être bonnes pour moi, la priorité de toute façon à la FDJ sera vraiment la course d’équipe. Je sais qu’Arnaud prépare le Tour de France. Il sera vraiment en forme fin juin, après une course est aléatoire, et comme on dit ce sont les coureurs qui font la course. Il faudra peut-être opportuniste.

 

 

FC :Après ta grosse chute sur la Vuelta, finalement, tu es revenu assez vite en ce début de saison. Es-tu surpris ?

K.R : Oui, car à l’entraînement on ne sait jamais ce que cela donne. J’étais rassuré de mes sensations quand je m’entraînais cela allait bien certes, aux stages aussi. Après il y a toujours un doute. Est-ce que l’on va être au niveau, est-ce que l’on ne va pas être largué après sept mois sans compétition. C’est compliqué à gérer. Mais je suis arrivé sur ma 1ère course dès le 18 mars avec de l’envie. J’étais appliqué pour ne pas faire d’erreurs, pour éviter les chutes aussi. Je sais que je suis passé par des moments difficiles. Mais dans la tête je suis solide, je reviens certes de loin mais ce n’est que du vélo et il faut prendre le maximum de plaisir.

 

 

Hervé Bombrun

Crédit photo FFC – Patrick Pichon

 

 

Le comité régional Centre Val de Loire a été le meilleur comité sur cette édition 2017 de la Coupe de France de l’Américaine disputée sur le Vélodrome National de Saint Quentin-en-Yvelines