François Pervis FFC - Patrick Pichon

François Pervis
FFC – Patrick Pichon

François Pervis est au pied du mur, et le Mayennais est souvent redoutable quand il se retrouve dans une telle position. Il l’a démontré à maintes et maintes reprises dans un passé récent, à commencer l’an passé lors des Championnats du Monde sur piste UCI 2015, à Saint Quentin-en-Yvelines. Battu en 16e de finale des championnats du Monde de vitesse individuelle 2016, François Pervis ne s’est pas défilé pour expliquer sa contre-performance du jour.

 

« Je tombe contre un gros poisson dès les 16e et je n’ai pas vu le jour tout simplement. Je n’ai pas fait comme d’habitude le kilomètre, car j’avais des tests sur cette discipline la semaine dernière et ils n’étaient pas concluants. Ce test avait démontré mon état de forme et de fraîcheur. Et j’ai fait une croix sur le kilomètre afin de ne pas être ridicule ».

 

Battu, mais pas abattu, François ajoutait, « moi personnellement je ne suis pas inquiet, il nous reste cinq mois avant les Jeux pour rectifier le tir. Cette claque va nous foutre la haine, aux Jeux nous aurons encore plus de mordant. C’est peut-être ce qui nous fait défaut aujourd’hui. Il ne faut pas s’inquiéter, ce sont des réglages. Le sport de haut-niveau est une somme de détails. Il faut savoir s’adapter, la nous avons peut-être trop suivi la logique. Cinq mois c’est encore long pour bien bosser derrière, car actuellement nous sommes aussi en pleine phase de développement en vue des Jeux de Rio, ce qui peut expliquer que nous ne sommes pas au top ».

 

Hervé Bombrun