François Pervis a rendu les armes. Le champion du Monde de keirin n’y était pas, cela s’est vu. Le titre est désormais dans le camp de l’Allemagne et de Joachim Eilers.

 

Même la petite finale, le Mayennais a du laisser « filer ». « Je suis bien physiquement, j’ai de la force, mais c’est dans la tronche que cela ne va pas. C’est d’ordre personnel et je n’ai pas à dire davantage. Il faut que je me pose que je mette les choses à plat. Je n’arrive pas à être appliqué physiquement et mentalement à l’entraînement, et on en mesure le résultat aujourd’hui. J’ai pris une grosse claque sur ce mondial, mais il me reste cinq mois pour remettre les choses à l’endroit. Je ne suis de toute manière jamais aussi fort que lorsque je me retrouve au pied du mur, quand cela m’est arrivé par le passé, j’ai toujours su remonter la pente… »

 

 

Hervé Bombrun