Elise Delzenne a du courage, se défiler n’est pas le genre de cette athlète.

 

« Je n’avais pas de jus, j’étais diesel », disait-elle à France Cyclisme. 15e du mondial avec un point de marqué, la Nordiste avait des regrets « car la lauréate de cette épreuve est la Polonaise qui gagne les Championnats d’Europe cet automne, à Grenchen. Je pense que si j’avais été dans la même forme qu’à cette période, je pouvais faire un podium. Là, je n’avais pas de bonnes sensations. J’ai manqué de fraîcheur peut-être parce que j’ai fait trop de route dans ma préparation. La piste de toute façon, on voit de suite si on est bien ou pas. Là, en plus, je chute sur la fin de course. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Une concurrente est tombée devant moi et je n’ai pas pu l’éviter ». La journée noire…

 

 

Hervé Bombrun