Déjà médaillé sur la vitesse individuelle (2015, à Saint Quentin-en-Yvelines), kilomètre (2016, à Londres), Quentin Lafargue a rajouté une médaille de bronze à son palmarès élite dans le cadre des Championnats des Monde élite hommes sur piste. Le sprinter Aquitain revient sur la course des tricolores hier. « Nous avons réalisé un tournoi au top avec une stratégie payante pour nous ! Les coachs avaient fait le choix de me faire disputer les séries afin de faire rentrer François (NDLR : Pervis) lors premier tour de ce mondial 2017. Le meilleur de nous deux devait disputer la finale. »

Un match clair et net. « Il y avait du coup de la pression avant le départ de la qualification, mais j’étais persuadé de notre potentiel. J’avais envie que l’on puisse tous ensemble confirmer notre belle saison en Coupe du Monde. » Le deuxième temps vient couronner la première course des tricolores à Hong-Kong. « On réalise le 2e temps, en 43 sec 390, ce qui est notre record cette saison. Même nous on était surpris. Ce qui prouve la solidité du quatuor que l’on compose. Au premier tour François rentre en course et notre équipe gagne son match face aux Australiens. François ne fait pas mieux que moi, de ce fait je dispute la finale. » La course pour une médaille. « Le départ a été dur pour moi, après ma chute à Los Angeles, il ne faut pas l’oublier, je n’ai pas trop pu bosser les départs. Mais nous ne sommes pas assez linéaires dans nos relais, malgré tout je n’ai pas paniqué pour rentrer sur Sébastien. J’ai géré afin de ne pas me saigner pour rentrer. J’arrive dans sa roue au moment de prendre mon relais, et je savais qu’il m’en restait encore pour aller chercher cette médaille ! Je me suis dit « On va aller chercher cette médaille car on la mérite ! » Nous avons été réguliers toute la saison, et on parvient à ramener cette médaille mondiale avec toutes les meilleures nations engagées sur ce championnat du Monde 2017 à Hong-Kong. On gagne, et j’étais tellement fier de nous quatre. Je dis bien nous quatre, car cette médaille nous sommes allés la chercher tous. C’était vraiment une super belle journée. » Qui fera sans doute date.

 

 

Hervé Bombrun