François Pervis a retrouvé le maillot arc-en-ciel, celui qui distingue les champions du Monde. Il a porté son total a sept victoires sur sa discipline de prédilection : la borne ! Enfin, deux bornes avec la nouvelle formule mise en place par l’UCI, a Hong-Kong. « Cela faisait 2 ans que je n’avais plus fait de kilomètre et ma borne à Saint Quentin-en-Yvelines aux championnats du monde 2015 », indique le Mayennais.
« Je partais vraiment dans l’inconnu en terme de sensations et de gestion d’effort car désormais il faut faire deux fois une borne à seulement 4 heures d’intervalle. »
Mais ce défi n’a pas fait sourciller le désormais septuple champion du Monde. « J’avais énormément confiance en ma récupération qui etait excellente et certainement dû au mois de janvier à m’entraîner tous les jours à faire mes sprints sur la route quand je n’avais pas accès au Vélodrome ».
Ces dernières semaines j’avais enchaîné d’excellents chronos sur des séances de lactiques et ca aussi m’a mis en confiance ». Mis au pied du mur après son « déclassement au Keirin que je considère vraiment exagéré, je l’avais au travers de la gorge. J’étais vraiment à l’aise sur les efforts très longs. Je me dis que j’aurais peut être pu faire un nouveau doublé ». Revanchard Pervis a pris cette ultime épreuve le couteau entre les dents. « Mon temps lors qualif de la borne m’a rendu très confiant et ne m’a pas fait mal aux jambes. J’étais vraiment bien pour enchaîner une nouvelle borne et me rattraper du Keirin. Ensuite lorsque j’ai vu les autres faire leur temps, je me disais que j’avais tout de même une marge relative de sécurité ».

Hervé Bombrun