SCRATCH-D

 

Grande première pour Pascale Jeuland qui a signé un triplé sur ce championnat de France 2014 élites qui avait pour cadre cette année le Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines, sur les épreuves d’endurance.

 

« Avant, je ne pouvais pas « scorer » de la sorte car il n’y avait pas la poursuite par équipes », souriait la Bretonne de 27 ans. Il faut d’ailleurs préciser que sur cette troisième journée de course, la sociétaire de Poitou-Charentes Futuroscope 86, a fait coup double avec en plus le scratch.

 

« C’est mon épreuve, souriait-elle. Il faut bien analyser la course, et en début de course j’avais pris la décision de ne pas en faire trop. D’être assez tactique en me positionnant au fond du peloton pour surveiller mes adversaires tout en restant sur le qui-vive. Et quand Élise Delzenne y est allée, avec Margot Dutour, je me suis dit qu’il fallait bouger, que c’était le bon coup. La situation a été idéale pour moi car je ne voulais pas que l’on finisse toutes groupées sachant que je ne suis pas la plus rapide en cas d’arrivée massive. »

Titré à treize reprise au niveau national – « j’ai dit à mon copain, que je m’arrêtais au quinzième, mais sans doute que je prolongerais un peu si je dépasse ce chiffre, d’autant qu’il me reste deux ans de contrat avec l’Armée- Pascale Jeuland, l’une des figures emblématiques de Poitou-Charentes 86 Futuroscope, tient aussi à saluer son employeur.

 

« Je suis détachée à 100% pour faire du vélo, dit-il encore à ffc.fr. J’ai passé un examen cet hiver au sein de l’armée, et le fait de l’avoir validé, m’a libéré du temps pour la pratique de mon sport. Maintenant question objectifs je vois au jour le jour, je ne me fixe des échéances à long terme. Si l’équipe de France de poursuite par équipes est sélectionnée pour les Jeux de Rio, j’essayerais bien évidemment de prétendre à une sélection. Mais je préfère attendre plutôt que de me faire des illusions, car après en cas de non-sélection c’est trop dur à vivre. Cela fait trop mal. »

Hervé Bombrun