Championne du Monde juniors de keirin 2013, Mélissandre Pain n’a pas perdu ses aptitudes dans cette discipline même si cette année elle évolue en catégorie Espoirs. « Je termine deuxième des championnats d’Europe moins de 23 ans à Anadia dans cette épreuve, rappelle-t-elle à ffc.fr. Le keirin est l’épreuve que j’affectionne le plus, car c’est une course qui demande de la résistance. C’était difficile pour moi, à Anadia, au Portugal du fait que j’ai changé de catégorie, surtout en vitesse et sur le 500 mètre départ arrêté. Mais je me suis dit qu’au keirin, j’avais des chances, y compris lors de la finale. Je pense avoir une bonne vision en course ce qui m’a permis de décrocher une médaille sur ces championnats. » Une performance qui n’est pas restée sans lendemains puisque ce week-end dans le cadre du 1er Open International de Roubaix, la sprinteuse de la Région Centre a obtenu une nouvelle deuxième place derrière la sprinteuse des Pays-Bas Elis Ligtlee.« C’était mon premier podium chez les élites », souligne Mélissandre qui progresse de sorties en sorties ce qui forcément la met en appétit en vue des championnats de France élites piste de Saint Quentin en Yvelines (2 au 5 octobre). « J’espère faire des podiums sur cette compétition, et pourquoi essayer de remporter le titre en keirin. Je sais qu’il y a de la concurrence, du niveau, mais il faut avoir de l’ambition. On verra bien de toute manière dans trois semaines, une chose est certaine, je donnerai mon maximum à Saint Quentin en Yvelines, sur le Vélodrome National, pour ces France dans toutes les disciplines sur lesquelles je vais être engagée: vitesse individuelle, 500 et keirin. »Le rendez-vous national de Montigny-le-Bretonneux qui en prime peut ouvrir les portes sur les prochains championnats d’Europe élites qui auront lieu en Guadeloupe (16 aui 19 octobre), à Baie-Mahaut, sur le vélodrome Amédée Detraux, mais aussi sur la première manche de Coupe du Monde piste au mois du 7 au 9 novembre. « J’aimerai disputer les championnats d’Europe et découvrir le niveau Coupe du Monde, dit encore Mélissandre, car c’est important d’évoluer à ce niveau en terme d’expérience, de prise de marque au niveau international, mais si je n’y vais pas tant pis. Les sélections de toute façon se feront après les championnats de France de Saint Quentin en Yvelines. » Inutile, donc, de préciser l’importance de ces courses au delà de la conquête du maillot tricolore…

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste