Flopée de larmes, spasmes de joie, Mélissa Bourhis qui avait déjà garnie son palmarès de deux médailles de bronze sur ses championnats de France, n’a pu contenir sa joie quand l’or lui est tombé dessus à l’issue de la vitesse par équipes dames. « C’est super, je suis heureuse à un point que personne ne peut imaginer. C’est le bonheur, le jour le plus beau de ma vie : Championne de France. Je fière de moi, fière de Cécilia. On a formé une équipe parfaite. » Un duo qui a bouclé les deux tours de piste de Hyères 37 sec 999 contre 38 sec 282 pour la Région Centre. La troisième place revenant au comité Rhône-Alpes (38 sec 588). « On dort avec le maillot ce soir », propose Mélissa à sa coéquipière Cécilia Le Bris qui elle aussi est une « fontaine » de larmes perlées de bonheur. « J’ai gagné la poursuite individuelle cadettes l’an passé, avec à la clé le record de France, rappelait-elle. Mais ici c’était ma toute première vitesse par équipes de ma carrière. Je n’en avais pas fait avant, et je suis championne de France ! » Un rêvé éveillé presque. « On est ensemble dans la chambre, et on en parle depuis deux semaines de cette course avec Mélissa. On était à fond sur cette course, et la gagner c’est vraiment génial. » Une victoire qui a illuminé tout le camp Breton qui avait préparé ce France en allant « faire un stage à Bourges, indique le CTS, Samuel Monnerais. On savait que Cécilia avait de bonnes qualités de démarrage, et Mélissa a bien bossé le 500 mètres. Mais Cécilia n’est pas restée longtemps à Bourges, car elle est venue ici avec l’équipe de France disputer les Grands Prix Fenioux. Pour nous, en tout cas, ce stage à Bourges a été idéal. On a pu bien bosser là-bas, mais aussi couper la route en deux, ainsi le voyage a été moins long et cela a été aussi plus bénéfique pour la récupération des athlètes. Ils ont ainsi emmagasiné moins de fatigue. »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste