Double champion de France cadets sur piste, Théophile Leblanc a ajouté une troisième « couche » tricolore à son palmarès, avec le titre de champion de France juniors du kilomètre. Il est allé chercher en signant un temps de 1 min 06 sec 486.« Il gagne le titre sur la borne, et cette semaine il apprend qu’il a obtenu son CAP en ébénisterie, indiquait après son beau chrono, Samuel Monnerais, le CTS de Bretagne. Il fait de la rénovation de meubles. C’est un grand espoir du cyclisme, pétri de talent, avec un parcours un peu chaotique. Il a été à Talence, mais ne s’y est pas fait. Il y est resté que quelques mois. Il avait essayé l’omnium en Aquitaine, et là il est revenu sur le sprint. » L’an passé déjà, il était revenu dans cette discipline. Mais ses France avaient été difficiles.« Quelques jours seulement avant la course, il s’était coupé deux doigts, rappelle son CTS. Il y avait eu quelques doutes quant à sa participation, mais il était venu quand même. C’est un gamin courageux, car il ne bénéficie pas trop de bonnes conditions pour s’entraîner. » Mais le courage et l’abnégation ont payé pour le sociétaire du Véloce Vannetais. « Je le voulais celui-là, déclarait d’ailleurs l’ancien double champion de France cadets, en vitesse individuelle et américaine avec Valentin Madouas. J’avais fait deux fois quatre une fois sept l’an passé, avec mon souci de doigts coupés. » Ce qui prouvait déjà son haut degré de motivation.
Une victoire de panache, d’envie donc obtenue devant Benjamin Gil, plus saignant que la veille mais qui sait qu’il « jouera » ses championnats en individuelle sur le keirin, son épreuve « fétiche ». « J’avais de bonnes jambes à l’échauffement sur les rouleaux, pareil lors de mon déblocage. Mais j’ai connu un souci de guidon au démarrage, cela m’a un peu perturbé. J’ai senti néanmoins très vite que les toxines montaient. Je ne suis pas fait pour le kilomètre, je ne l’avais pas trop préparé, et faire deuxième cela me va, surtout derrière Théophile qui avait du lui s’entraîner pour. Il me reste maintenant la vitesse par équipes, et le keirin. Je suis dans la même situation que l’an passé. Je n’ai encore rien gagné à titre individuel. Je ne vais rien avoir à perdre pour le keirin, et j’aurai la gnac. » Une envie partagée sans doute par Sébastien Vigier, troisième sur la borne après avoir connu les honneurs la veille en vitesse. « Troisième c’est plutôt une déception, disait-il. J’ai eu un souci avec mon cintre au départ, et je n’ai pas pu me lancer comme je le fais d’habitude. Le lactique est monté au bout de cinq cents mètres. C’était déjà super dur à ce moment-là. »

Hervé Bombrun
@Lafrancecycliste