Thomas Boudat © Photo FFC - Patrick Pichon

Thomas Boudat
© Photo FFC – Patrick Pichon

Comme toute l’équipe de France endurance, Thomas Boudat est en stage terminal avant les championnats du Monde UCI piste 2015 de Saint Quentin-en-Yvelines, sur le vélodrome de Bordeaux-lac.

 

L’Aquitain en compagnie du groupe de Steven Henry donne, en effet, la dernière main à sa préparation avant de rejoindre le Vélodrome National en début de semaine prochaine. « Ça va, indique à France Cyclisme, le champion du Monde de l’omnium, tombé le jeudi 29 janvier, lors du Trophée de Majorque, sa première course chez les pros sous le maillot Europcar.

 

J’ai pu bien rouler sur la route la semaine passée en Espagne, même si il ne faisait pas super beau. J’ai comme une gêne dans le poignet quand je suis sur la route avec les vibrations, mais sinon ça va. Cela ne me dérange pas plus que cela. C’est pareil ce matin sur la piste, nous avons travaillé les départs, ce n’était pas la « folie » au niveau du poignet, mais on va dire que cela allait. J’ai une attelle en résine que je dois garder jusqu’à la fin du mois.

 

Là, je l’enlève pour rouler, je mets un gros strap bien serré. Et une fois que j’arrête de m’entraîner, je remets mon attelle. On verra ce que cela dit pour la course lors des championnats du Monde. »

 

Une chose est certaine, Thomas Boudat est heureux d’être du voyage dans les Yvelines, la semaine prochaine.

 

« Quand je suis tombé le jeudi à Majorque, j’ai eu très peur, déclare-t-il d’entrée à France Cyclisme. C’était à trois kilomètres de l’arrivée, cela frottait beaucoup, j’étais derrière Bryan Coquard, et je voulais le protéger un peu. C’est tombé devant moi, et je n’ai pas pu l’éviter. J’ai eu peur car beaucoup de monde dans l’équipe a eu déjà le scaphoïde de cassé, et elles me disaient que c’était cela car j’en avais tous les symptômes. Ils m’ont dit aussi que si c’était le cas, j’allais avoir un mois d’arrêt, et moi je ne voulais pas laisser passer le mondial. Ce n’était pas possible pour moi, heureusement, je ne me suis pas cassé le scaphoïde et je ne me suis arrêté que quatre jours. »

 

Quatre jours n’ont pas altéré le moral du champion du Monde 2014 de l’omnium. « Mes ambitions sont toujours intactes pour le mondial piste UCI 2015 au Vélodrome National », conclut avec fermeté, « La Boude ».

 

 

Hervé Bombrun